Culture

Des écoles américaines bannissent Sherlock Holmes, jugé anti-mormons

Slate.fr, mis à jour le 16.08.2011 à 16 h 50

Couverture du Beeton's Christmas Annual de 1887, contenant Une Étude en rouge (A Study in Scarlet), Wikimedia Commons/David Henry Friston

Couverture du Beeton's Christmas Annual de 1887, contenant Une Étude en rouge (A Study in Scarlet), Wikimedia Commons/David Henry Friston

Ce n'est ni le fait que Sherlock Holmes joue du violon à toute heure chez Mme Hudson, sa logeuse, ni le fait qu'il prenne de la cocaïne qui a fait bannir Une Étude en rouge d'une circonscription scolaire américaine de l'Etat de Virginie. Jusqu'ici sur la liste de lecture des sixth-graders (équivalent de la classe de sixième) des écoles gérées par l'Abermale County School Board, le récit la première aventure de Sherlock Holmes a été bannie pour sa représentation des mormons, relate le blog Nation Now du Los Angeles Times.

Ce blog précise:

«Ce ne sont pas les deux meurtres sanglants qui ont posé problème. C'est la manière dont le livre décrit le mormonisme. […] Pas besoin d'être un détective renommé pour voir que le livre ne présente pas les mormons sous leur meilleur jour: il suggère que les adeptes de cette religion sont prêts à commettre des meurtres pour protéger leurs idéaux.»

On peut lire par exemple au chapitre 10:

«L’homme qui résistait à l’Église disparaissait sans laisser de trace. En vain sa femme et ses enfants l’attendaient: il ne revenait pas dire comment ses juges secrets l’avaient traité. Lâchait-on un mot, commettait-on une imprudence? on était anéanti. Et les colons ne connaissaient pas la nature de cette puissance terrible dont ils sentaient constamment la menace suspendue sur leur tête! Leur vie n’était que crainte et tremblement.»

Selon le journal USA Today, un autre passage qui pose problème est le début du chapitre 10, lorsqu'un des personnages, John Ferrier, exprime ses craintes concernant la doctrine mormone:

«[John Ferrier], entêté, s’était d’ailleurs promis de ne jamais marier sa fille à un Mormon: une telle union ne lui semblait pas un mariage, mais une honte et un déshonneur. Sur ce point, il était inébranlable, quelle que fût son opinion sur le reste de la doctrine mormone. Il ne s’en ouvrait à personne: à cette époque, il ne faisait pas bon émettre une idée non orthodoxe dans le Pays des Saints!»

On trouve à l'origine de cette procédure de bannissement la demande d'une mère d'élève, raconte le Daily Progress, un quotidien de Virginie. Pour elle, le livre «était utilisé pour introduire les élèves au genre du roman à énigmes et au personnage de Sherlock Holmes. Mais Une Étude en rouge est une introduction inexacte des enfants à la religion américaine».

Le livre avait déjà attiré la controverse, relate The Atlantic Wire. En 1923, Sir Arthur Conan Doyle, alors en visite dans l'Utah, avait été interpellé par courrier sur sa description de l'organisation des Saints des Derniers Jours:

«Sir Arthur a répondu qu'à l'avenir il n'écrirait sur les Saints des Derniers Jours que ce qu'il verrait lors de sa visite. Mais il avait insisté: “tout ce que j'ai dit [...] a été fait sur des bases historiques, et je ne peux le retirer, même si, comme c'est une œuvre de fiction, les descriptions sont souvent exagérées par rapport à un travail historique”

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte