Culture

Reportage dans la forêt qui aurait inspiré Miyazaki pour «Princesse Mononoké»

Temps de lecture : 2 min

Zoom sur l'affiche du film Mononoke-hime
Zoom sur l'affiche du film Mononoke-hime

Yakushima, dans le sud de l'archipel nippon, aurait servi d'inspiration à Hayao Miyazaki pour son film Princesse Mononoké (Mononoke-hime). Stéphane Jarno, journaliste sur Télérama.fr, y est allé en reportage.

Il raconte sur le site son voyage sur l'île inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, en pleine saison tropicale, la visite à «Monsieur Iwakawa», le propriétaire de l'auberge qui a accueilli l'équipe du Studio Ghibli. Mais il parle aussi des hordes de touristes, «plus de 400.000 par an», et des dégradations qu'ils pourraient engendrer dans la forêt. L'histoire est accompagnée de photographies prises sur place.

La grande forêt, rebaptisée «forêt Mononoké», est un haut lieu de randonnée, qui abrite la ravine Shiratani Unsuikyo:

«Ici, tout est vert, en haut, en bas, partout. Même la lumière tamisée par les hautes frondaisons participe à ce camaïeu qui va de l'émeraude au céladon. Arbres, pierres, souches, sentier sont recouverts d'une mousse épaisse et gorgée de pluie. L'endroit est saturé d'eau, qui sourd et goutte de partout ; le moindre trou se remplit en quelques secondes. Pas un chant d'oiseau, la forêt est muette, le silence ouaté. On entend juste le clapotis des ruisseaux et la pluie qui gifle les feuilles».

» Lire l'article complet sur Télérama.fr

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters