Monde

Un gourou polygame envoyé en prison pour viol de mineures

Temps de lecture : 2 min

Warren Jeffs à son premier procès, le 20 septembre 2007. REUTERS/Steve Marcus
Warren Jeffs à son premier procès, le 20 septembre 2007. REUTERS/Steve Marcus

Warren Jeffs, le tout-puissant et célèbre gourou polygame venant de la ville de Short Creek dans l’Utah, a été condamné pour viol hier mercredi 10 août. Cependant ce verdict n’a pas empêché ses fidèles de lui ériger en secret une statue, rapporte le site d’information américain le Daily Beast.

Le leader polygame, déjà inculpé en 2007 pour détournement de mineurs, sera envoyé en prison à vie pour le viol d’une de ses «femmes», âgée de 12 ans. Il écope aussi de 20 ans de plus pour l’agression sexuelle d’une autre de ses «femmes», qui n’avait elle que 15 ans. Sur ses 78 femmes officielles, les juges ont en fait remarqué que pas moins de 24 d’entre elles n’avaient pas l’âge légal, et 12 avaient moins de 16 ans.

Mais beaucoup de ses disciples pensent encore que Warren Jeffs n’a rien fait de mal. Malgré un nouveau rapport publié lundi dernier indiquant qu’il aurait organisé une partouze dans de prétendus fonts baptismaux avec 5 femmes dont deux de ses soeurs et une jeune fille de 13 ans; malgré le récent témoignage d’un de ses neveux l’accusant de l’avoir violé alors qu’il dirigeait encore l'école religieuse de la ville; ses disciples, qui le considèrent comme un véritable prophète, lui construisent une immense statue en acier.

Selon une source du Daily Beast, qui a confirmé les propos de deux personnes impliquées dans la construction de l'édifice, cette statue de plus de 10 mètres de haut sera érigée le mois prochain dans le centre d’activité de « l’église fondamentaliste des saints des derniers jours » (FLDS) dans la ville de Short Creek. Pour ses partisans, elle exprime leur indéfectible soutien: «c’est un moyen de montrer qu’ils ne peuvent pas nous l’enlever.»

Toujours d’après cette source, elle serait construite clandestinement dans un entrepôt. Le projet est donc secret: selon les termes de la FLDS, il sera marqué par le «silence des cieux», ce qui signifie que quiconque parlant du projet sera immédiatement expulsé de la secte.

Pour d’anciens membres du FLDS, dont Warren Jeffs aurait sexuellement abusé pendant des années, cette statue est proche du «blasphème». Isaac Wyler, un ancien membre de la secte, ajoute:

«C’est aussi contraire à leurs principes que d’organiser des partouzes ! La FDLS ne peut pas avoir d’idoles, ils sont absolument interdits».

La plupart de ses fidèles ne semblent apparemment toujours pas au courant du détail des preuves présentées contre lui par le procureur. Certains de ses hommes de main patrouillent dans la ville afin de chasser la presse; l’usage d’internet aurait aussi été interdit.

Pour Elissa Wall, une ancienne membre de la FDLS interviewée par le quotidien américain The News Tribune, les partisans de Warren Jeffs sont si profondément endoctrinés et tellement coupés du monde extérieur que la plupart lui resteront dévoués:

«Ils n’ont probablement aucun contact avec le monde extérieur. ça ne me surprendrait pas qu’il ne soit pas encore au courant. Et s’ils le sont, je suis sûre qu’ils s’accuseront eux-mêmes pour ce verdict. C’est leur faute… Ils n’ont pas été assez croyant et obéissant.»

Ceci n’a pas empêché le tribunal de considérer que le gourou mérite de finir sa vie en prison. Juste après sa condamnation, Warren Jeff a été conduit dans un centre hautement sécurisé à Huntsville au Texas. La bas il sera interviewé et photographié, avant d’être définitivement envoyé en prison. Il lui sera alors bien difficile de transmettre des messages sacrés à ses disciples…

Slate.fr

Newsletters

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Les États-Unis séparent désormais les parents migrants de leurs enfants

Les États-Unis séparent désormais les parents migrants de leurs enfants

Pour dissuader les nouvelles arrivées, l'administration Trump sépare les familles qui traversent la frontière avec le Mexique. Même les enfants en bas âge sont concernés.

Newsletters