Monde

Londres: «Arrêtez de m'accuser d'être un émeutier»

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo de l'interview d'Howe

Une interview d’un habitant d’une banlieue londonienne touchée par les émeutes illustre la façon dont les médias britanniques semblent se détourner des revendications de certains émeutiers, raconte The Cutline, un blog d'actualités du portail Yahoo!

Darcus Howe, un écrivain indien de 68 ans, a été interviewé, mardi 9 août, par une journaliste de la BBC. Elle lui a demandé s’il avait été choqué par les émeutes survenues dans son quartier. L’écrivain lui a répondu:

«Ce qui m’importe, c’est qu’il y a un homme, Mark Duggan, qui a des parents, des frères et des sœurs et que non loin de chez lui, un policier lui a fait exploser la tête!»

L’homme a déploré la façon dont la police s’en prenait inutilement aux jeunes, mentionnant notamment son petit-fils:

«[Les policiers] ont arrêté et fouillé des jeunes noirs sans raison valable. […] J’ai un petit-fils, c’est un ange. La police l’a plaqué contre un mur et fouillé. L’autre jour, je lui ai demandé […] combien de fois il s’était fait fouiller. Il m’a répondu: “Je ne peux même pas compter, il y a eu tellement de fois…”.»

La journaliste a tout de suite interrompu Howe, que ce soit à propos de son petit-fils ou de Mark Duggan. L'homme a qualifié les émeutes «d’insurrection», expliquant qu’il s’agit à ses yeux «d’un moment historique». Suite à ces propos, la journaliste l’a accusé d’avoir pris part aux émeutes:

«Si je comprends bien, vous n’êtes pas étranger vous-même aux émeutes, non? Vous y avez participé en personne…»

Réplique de Darcus Howe:

«Arrêtez de m'accuser d'être un émeutier»

Le mercredi 10 août, la BBC s'est excusée, rapporte le Telegraph, assurant que la journaliste ne voulait pas manquer de respect à Darcus Howe, même si sa dernière question avait été «mal-formulée».

Slate.fr

Newsletters

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Le voyage risqué de Macron en Russie

Le voyage risqué de Macron en Russie

Il importe qu’à Saint-Pétersbourg, plus encore qu’à Versailles il y a un an, Emmanuel Macron renforce son discours sans compromis vis-à-vis de Vladimir Poutine.

Newsletters