Économie

Apple, l'entreprise qui vaudra mille milliards

Temps de lecture : 2 min

Steve Jobs. REUTERS/Robert Galbraith.
Steve Jobs. REUTERS/Robert Galbraith.

Jusqu’où montera Apple, devenue brièvement, mardi 9 août, la première capitalisation boursière mondiale devant le groupe pétrolier ExxonMobil? Chroniqueur pour le site Reuters Breakingviews, Robert Cyran estime «concevable» que l’entreprise de Cupertino vaille un jour 1.000 milliards de dollars (700 milliards d’euros), près de trois fois plus qu’aujourd’hui.

Explication: les ventes du groupe «sont en hausse de 80% sur un an» et il vend maintenant plus «en un trimestre que sur tout l’exercice 2007». Sa croissance n’est donc pas très loin de «dix fois» celle de la moyenne des entreprises, alors que sa valeur en Bourse est en ligne avec celle des autres sociétés.

En clair, la valeur d’Apple en Bourse ne reflèterait pas son écart de croissance avec les autres. Un phénomène que Robert Cyran explique de la façon suivante:

«Peut-être que les investisseurs ne peuvent simplement pas envisager une entreprise si grande. Ajouter à la capitalisation actuelle d’Apple celles de Microsoft, Google, Intel et Amazon ne reviendrait même pas à 1.000 milliards de dollars.»

L’action Apple a clôturé mardi soir à 374,01 dollars à Wall Street, soit une valeur totale en Bourse de l’entreprise de près de 346 milliards de dollars. Ce qui, en soit, ne représente pas un record: le 26 juillet, l’action d'Apple a atteint en séance un plus-haut historique de 404,49 dollars, soit une capitalisation de 374 milliards.

Mais l’action Apple a moins souffert récemment que celle d’ExxonMobil, ce qui lui a donc permis de dépasser très brièvement mardi sa «rivale» durant une séance mouvementée (341,5 milliards pour Apple contre 341,4 milliards pour Exxon) avant de retrouver sa position de deuxième à la clôture (353 milliards pour Exxon)

Selon l’agence Reuters, «des analystes affirment que c’est simplement une affaire de temps avant que l’entreprise qui a façonné les marchés des smartphones et des tablettes avec l’iPhone et l’iPad ne revienne au sommet».

D’après l’agence Standard and Poor’s, Apple, si sa capitalisation à la clôture du marché dépasse un jour celle d’ExxonMobil, deviendra la dixième entreprise à occuper cette première position après General Electric, General Motors, IBM, Microsoft, AT&T, Philip Morris, Wal-Mart et DuPont.

Le fait d’imaginer un Apple à 1.000 milliards de dollars n’est pas totalement nouveau: en janvier dernier, des médias américains avaient évoqué cette hypothèse quand la capitalisation de l’entreprise avait dépassé 300 milliards de dollars.

Elle était alors également appliquée à une société à un stade de développement bien différent, en l’occurrence Facebook. Business Insider évoquait alors l’anecdote suivante:

«Deux sources du secteur proches de hauts dirigeants de Facebook nous ont confié que ces jours-ci, quand l’entreprise vous embauche, elle vous annonce que l’objectif est de faire de Facebook la première entreprise à 1.000 milliards de dollars au monde.»

Newsletters

Bercy

Bercy

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio