Monde

L'homme qui valait 2.000 milliards de dollars

Temps de lecture : 2 min

Le dôme du Capitole, à Washington. REUTERS/Jonathan Ernst
Le dôme du Capitole, à Washington. REUTERS/Jonathan Ernst

Il s'appelle John Bellows et il a failli à lui tout seul sauver les Etats-Unis en empêchant la perte de leur note triple A.

Quand Standard & Poor's (S&P) a informé vendredi dernier le gouvernement américain de son intention d'abaisser la note de risque financier des Etats-Unis de AAA à AA+, le Trésor a reçu un brouillon du communiqué de presse qu'allait diffuser ensuite l'agence de notation. John Bellows, l'«adjoint intérimaire à la politique économique» du secrétaire au Trésor (ministre de l'économie) Tim Geithner, s'est rendu compte presque immédiatement que S&P avait fait une erreur, et pas une petite, dans ses prévisions sur l'évolution de la dette américaine: une «erreur» de 2.000 milliards de dollars (1.400 milliards d'euros) !

Tim Geithner a immédiatement contacté S&P pour leur signaler l'erreur. L'agence de notation l'a reconnu mais n'a pas pour autant changé sa décision, ce qui a mis John Bellows en fureur. Il incendie donc l'agence de notation dans le blog du Département du Trésor, ce qui n'est pas fréquent:

«Après que nous ayons remarqué leur erreur —une erreur de calcul basique qui a des conséquences significatives—, S&P a choisi de ne pas revenir sur son mauvais jugement en changeant simplement la principale justification à sa décision, qui n'est plus économique mais est devenue politique

L'erreur est difficile à décrire simplement. Schématiquement, S&P a mal calculé la part du PIB que représentera la dette publique des Etats-Unis d'ici 2021 en utilisant de mauvaises projections. Les bonnes projections calculées par le bureau du budget du Congrès (non partisan) réduisent la somme totale de la dette du gouvernement fédéral de plus de 2.000 milliards de dollars par rapport au calcul de S&P.

Mais l'agence a répondu aux critiques du gouvernement américain que cela ne change rien et que la dette publique des Etats-Unis est suffisamment importante pour justifier une baisse de note, surtout à la lumière du bloquage politique à Washington sur la gestion des finances publiques entre démocrates et républicains. S&P a même mis en garde contre une nouvelle baisse de la note de crédit des Etats-Unis dans un avenir proche.

Quand à John Bellows, son titre assez étrange «d'adjoint intérimaire à la politique économique» du Sscrétaire au Trésor est une autre illustration des dysfonctionnements institutionnels des Etats-Unis. Depuis octobre 2010, il dirige de fait le très important Bureau de politique économique du Trésor américain. Il est intérimaire parce que, d'une part, l'administration Obama n'avait pas nommé avant mai dernier de successeur à l'adjoint de Timothy Geithner, qui a démissionné fin 2010, et d'autre part parce que le Congrès, bloqué par l'opposition entre le Sénat à majorité démocrate et la Chambre des Représentants à majorité républicaine, n'a toujours pas entériné la nomination de ce successeur officiel. Le chef du bureau du Trésor devrait être le professeur de finance Janice Elberly de l'Université Northwestern… si le Congrès fait son travail.

Slate.fr

Newsletters

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un lycéen américain a traité un agent de sécurité de «nègre», et ce dernier lui a rétorqué de ne pas l'appeler ainsi. Il a été licencié pour avoir utilisé ce mot interdit par le lycée.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Des attaques turques et syriennes contre les Kurdes aux manifestations violentes en Catalogne en passant par l'élection de Kais Saied en Tunisie, retour en images sur la semaine du 12 octobre. 

Españaxit

Españaxit

Newsletters