Monde

Iran: un chef des Gardiens de la révolution prend la tête de l'Opep

Slate.fr, mis à jour le 04.08.2011 à 13 h 59

Un membre de la garde révolutionnaire iranienne à Téhéran en 2010, REUTERS/Morteza Nikoubazl

Un membre de la garde révolutionnaire iranienne à Téhéran en 2010, REUTERS/Morteza Nikoubazl

Un général iranien des Gardiens de la révolution (Pasdaran) sous le coup sanctions internationales vient de prendre la tête de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) après avoir été nommé ministre du Pétrole de son pays mercredi 3 août, rapporte le Guardian.

Le général Rostam Ghasemi, commandant en chef de Khatam al-Anbya, la holding économique des Pasdaran très présente dans l'industrie pétrolière, fait partie des quatre nouveaux ministres désignés par Mahmoud Ahmadinejad la semaine dernière. Des nominations qui ont été ensuite largement approuvées par le parlement du pays. 216 des 246 députés présents ont ainsi validé la nomination, ce qui fait automatiquement de Ghasemi le chef de l’Opep, une organisation qui détient un rôle crucial dans la fixation des prix du pétrole. L‘Iran, deuxième exportateur mondial de pétrole brut, a pris la présidence tournante de l’organisation en octobre dernier.

Le journaliste Saeed Kamali Dehghan du Guardian rapporte que les médias d’Etat iraniens ont interprété ce vote comme une réaction du parlement aux sanctions internationales contre le pays. Dans une déclaration relayée par les médias iraniens, le porte-parole des Gardiens de la révolution Ramedan Sharif s'en est félicité:

«Le vote intelligent et ferme des députés iraniens en faveur de la nomination de l’ingénieur Ghasemi au poste de ministre du Pétrole est significative et une réponse importante aux attaques de l’empire médiatique occidental contre les gardes».

Mais la décision n’a pas fait l’unanimité, et certains parlementaires ont regretté lors des débats qui ont précédé le vote que les Gardiens de la révolution soient de plus en plus impliqués dans la gestion politique du pays. Ali Motahari, un député conservateur respecté, a ainsi estimé que: «L’intégration de la garde en tant que pouvoir militaire dans le pouvoir politique et économique n’est pas dans les intérêts du système. Dans les pays voisins, les militaires s’éloignent de la politique et du pouvoir, mais c’est le contraire qui se passe en Iran.

Ghasemi a déjà annoncé qu’il compte accroître le rôle des Pasdaran et de Khatam al-Anbya dans le développement de l'industrie pétrolière et gazière de l'Iran. Les Gardiens de la révolution, garde prétorienne de la République islamique, sont notamment responsables du programme de missiles balistiques de Téhéran, condamné par l'ONU et visé par les sanctions internationales, rapporte l’AFP citée par France24.

Rostam Ghasemi est actuellement sous le coup de sanctions de la part de l’Union européenne, des Etats-Unis et de l’Australie, et ses actifs financiers sont sur la liste noire des trésoreries américaines et européennes.

 

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte