Life

Pourquoi certains ont plus de chances de devenir accro?

Slate.fr, mis à jour le 03.08.2011 à 16 h 23

Amy Winehouse au festival Eurokéennes,2007

Amy Winehouse au festival Eurokéennes,2007

Suite à la mort d’Amy Winehouse, le New York Times s’est demandé qui sont les personnes susceptibles de devenir accro à la drogue.

46% des américains affirment avoir déjà pris de la drogue, mais seuls 8% ont consommé de la drogue dans le mois précédent le sondage, raconte le New York Times. Beaucoup d’individus ont donc déjà essayé des substances illicites sans devenir dépendants pour autant. Quelles sont les personnes les plus exposées à sombrer dans l’addiction?

Ilana Crome, professeure de psychiatrie spécialisée dans l’addiction à l’université de Keele, a expliqué à la BBC qu’il n’y a pas de «cause unique» et que les raisons pour lesquelles on devient dépendant ne sont pas encore connues précisément. Il existerait cependant des «facteurs de risques».

Les individus atteints de troubles psychiques seraient 3 fois plus sujets à avoir des problèmes d’addiction, explique ainsi le New York Times. En effet, 60% des drogués souffrent de problèmes mentaux. Il existe donc un lien entre maladie psychique et l'addiction à la drogue, mais dont la nature n’est pas encore très bien définie. Ce qui est sûr c’est que l’alcool et la drogue influent sur l’humeur et sur le comportement en activant les mêmes zones du cerveau qui sont perturbées dans les cas de maladies psychiques.

De plus, une étude de Nora Volkow, publiée en 2002, montre que  l’addiction pourrait être due à une perturbation cérébrale en soi. Les personnes touchées par la dépendance auraient un nombre de récepteurs de dopamine inférieur à celui des personnes qui ne sont pas accro. L’expérience a déterminé que ceux qui ont un nombre de récepteur élevé ressentent moins de plaisir à se droguer que ceux qui en possèdent moins.

Le professeur Owen Bowden-Jones, du Royal College of Psychiatrists, a quant à lui souligné l’importance de facteurs environnementaux aggravants: quelqu’un ayant subi un traumatisme dû à son environnement aurait plus de chances de tomber dans l’addiction.

Toutefois, selon Harry Shapiro, un autre spécialiste, il reste impossible de recenser les personnes pouvant le plus facilement devenir dépendant parce qu'il s'agit d'une «chose tellement individuelle», conclut la BBC.  

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte