Monde

L'échec d'Obama de A à Z

Temps de lecture : 2 min

Barack Obama en septembre 2010. REUTERS/Larry Downing.
Barack Obama en septembre 2010. REUTERS/Larry Downing.

Happy birthday mister President! Deux jours avant les 50 ans de Barack Obama, et au lendemain de l’accord Maison Blanche/Congrès sur le plafond de la dette, le Wall Street Journal a offert mardi au président américain, sous la plume du responsable de ses pages Opinions Bret Stephens, un abécédaire cinglant de son mandat. Politique étrangère, défense, budget, fiscalité, énergie, santé… Sous le titre «The Obama Downgrade» (référence au downgrading des notes de dette qu’opèrent les agences de notation), tout y passe, avec parfois pas mal de mauvaise foi. Morceaux choisis:

«H pour Hillary Clinton, qui —je ne peux pas croire que j’écris cela— aurait fait un meilleur président que M. Obama»

«L pour Laden, Oussama Ben. Le plus grand triomphe du président, qui le placera pour l’éternité un cran —même si c’est seulement un cran— au-dessus de Jimmy Carter»

«X pour Liu Xiaobo, l’exemple d’un lauréat du Nobel de la Paix qui mérite son prix»

S’il lit cet article, le président américain se consolera sans doute avec l’ultime entrée:

«Z pour zéro, la probabilité qu’un des actuels prétendants républicains batte M. Obama en 2012»

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters