Monde

La santé publique britannique «attend que les patients meurent»

Temps de lecture : 2 min

Un chirurgien cardiothoracique effectue une opération

Alors que le National Health System (système de santé publique) britannique doit réduire ses dépenses, comme on peut le lire sur The Telegraph, un rapport du Cooperation and Competition Panel, publié le jeudi 28 juillet, révèle les moyens actuels utilisés pour y parvenir.

Il s’agit de restreindre les soins courants accordés aux patients de façon bien particulière selon l’auteur de l’article, Martin Beckford, qui titre: «Le NHS attend que les patients meurent ou aillent dans le secteur privé». En effet, le but du NHS est de réduire de 20 milliards de livres les dépenses de santé publique et, selon des gérants d’institutions hospitalières, «l’expérience prouve que si les patients doivent attendre plus longtemps, ils se retirent de la liste d’attente».

Cette logique est jugée injuste par certains, dont Katherine Murphy, présidente d'une association nationale représentant les malades:

«L’idée que l’on pourrait économiser de l’argent en incitant les patients à se retirer des listes, soit en se laissant mourir, soit en allant se faire soigner dans le secteur privé est une manipulation insensible et cynique de la vie des gens, qui ne devrait pas être tolérée.»

Slate.fr

Newsletters

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

L'article d'une chercheuse américaine, qui examine la possibilité d’un effet de dynamique de groupe pour les jeunes filles s’identifiant comme trans*, a suscité l'ire de certains groupes militants.

Newsletters