France

Takkieddine: pourquoi le feuilleton Médiapart ne prend pas

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du site Médiapart
Capture d'écran du site Médiapart

Après l’affaire Bettencourt, Médiapart a choisi Ziad Takkieddine comme feuilleton de l’été 2011. Mais cette nouvelle série n’a pas l’air de prendre, notamment dans les médias, remarque Arrêt sur images.

Les «documents Takkieddine» publiés sur Médiapart attaquent Ziad Takkieddine, un libanais suspecté d’être au coeur du financement illégal de la campagne d’Edouard Balladur, et mêlé à plusieurs affaires troubles dévoilées sur le site d’enquête.

Ami de Jean-François Copé et de Brice Hortefeux, il les a plusieurs fois invités dans ses propriétés ou son bateau, ne paie pas d’impôts, a été en affaire avec le cabinet de Nicolas Sarkozy et toucherait des «paiements illégaux» qui pourraient servir à financer des campagnes politiques, révèle Médiapart... avec peu d’écho médiatique.

Explication d’@si: d’abord, le manque de clarté de Médiapart qui ne présente que «de manière allusive» Takkieddine, pourtant «inconnu du grand public». Egalement en cause, le manque de nouveauté des informations publiées, déjà divulguées en grande partie avec le livre Contrat de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme. Mediapart assure pourtant avoir des informations nouvelles.

Finalement, @si relève qu’une grande partie du «dossier Takkieddine» repose sur une vente d’armes qui n’a pas eu lieu, plutôt difficile à «vendre». Surtout, le «marketing agressif» de Médiapart agace, souligne l’article, ce qui explique en partie le manque de reprises par les autres journalistes.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters