Partager cet article

Y a-t-il un lien entre la taille du pénis et le PIB?

Capture d'écran de Target Map

Capture d'écran de Target Map

Les chercheurs en sciences économiques et politiques étudient depuis des décennies le lien potentiel entre la croissance économique d’un pays et de nombreux facteurs comme les institutions politiques, le QI de ses habitants, l’éducation ou encore la santé.

Mais pour Tatu Westling, doctorant du département d’études économiques et politiques de l’université d’Helsinki en Finlande, la littérature scientifique avait jusqu’ici injustement laissé de côté un facteur biologique important: la taille moyenne du pénis. Westling a donc décidé de tester l’hypothèse selon laquelle la taille moyenne du pénis (PDF) en érection d’un pays est liée à son niveau de PIB, en se concentrant sue la période 1960-1985.

Westling a trouvé une corrélation «en forme de U inversé» entre les deux indicateurs: la taille de pénis qui maximise le PIB se situe à 13,5 centimètres, tandis que l’étude identifie une nette chute dans le développement économique des pays quand la taille moyenne dépasse les 16 centimètres. Les pays avec une taille moyenne inférieure à 12 centimètres sont également moins développés économiquement.

Autre résultat surprenant: «l’organe masculin est associé de manière plus marquée à la croissance du PIB que le type de régime politique d’un pays».

«Bien que les trouvailles restent indicatives à ce stade, l’«hypothèse de l’organe masculin» explorée ici résiste à une panoplie de contrôles exhaustifs et s’appuie sur des corrélations étonnement fortes» écrit Tatu Westling.

Comme le faisait remarquer Stephen Dubner sur le site Freakonomics, obtenir des données fiables sur la taille du pénis est difficile. Westling a utilisé les données du site à l’origine de la fameuse carte mondiale de la taille du pénis qui avait beaucoup fait parler d’elle en mars dernier. Des données qui se basent aussi bien sur des chiffres des autorités sanitaires fiables que d’études auto-déclaratives (questionnaires), et donc beaucoup moins précises.

Comme le notait Pierre Barthélémy sur le blog scientifique de Slate Globule et Téléscope, «la différence entre les deux catégories saute aux yeux: aucun chiffre auto-déclaré ne descend sous les 13,5 cm et rares sont les nations qui reconnaissent d’elles-mêmes des zizis de moins de 15 cm…».

L’étude de Westling est-elle à prendre au sérieux? Thomas Mucha du site Global Post a posé la question à l’auteur, qui répond:

«Cela avait commencé comme un essai à moitié sérieux, mais je ne m’attendais pas à trouver des corrélations aussi fortes. […] Je vais peut être la soumettre [l’étude] à une revue économique. Mais le sérieux ne signifie pas que je crois en un lien de cause à effet pour le moment.»

L'étude du doctorant finlandais détaillant de manière précise la méthodologie et la source des données, chacun peut aller se faire son idée.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte