Life

Ça sent quoi un thriller?

Slate.fr, mis à jour le 26.07.2011 à 12 h 23

Nez d'un homme

Nez d'un homme

Aimeriez-vous sentir l’odeur du sang et de la sueur de votre héros préféré au cinéma? Une technologie qui permet de diffuser des odeurs en même temps que les images, classée aux côtés de la grippe porcine et de la crête iroquoise dans le «top 100» des moins bonnes idées du siècle par le Time Magazine en 1999, est mise à l’honneur en France et aux Etats-Unis cet été.

En France, le festival de Forcalquier (Alpes-Hautes-Provence) propose aux spectateurs quatre films dont la narration est doublée d’une trame olfactive raconte Le Point.fr. Organisé par l’Université européenne des senteurs et des saveurs (UESS), le festival a installé des diffuseurs de parfum dans l’espace en plein air où se déroulent les projections. Si pour le quotidien suisse Le Matin, il s’agit de «raviver l’émotion du public» et d’«enrichir l’expérience», Annick Le Guérer, anthropologue et commissaire scientifique du festival, juge que l’expérience n’a pas qu’une fonction ludique. Elle permettrait aussi de réapprécier le rôle des parfums, qu’elle considère aujourd’hui sous-estimé.

L'idée de faire du cinéma olfactif remonte au début du XXe siècle explique The Independent, mais le premier film «odorant» a été réalisé dans les années 1960. Vint ensuite en 1981 la comédie Polyester, de John Waters, pour laquelle les spectateurs étaient munis de cartes où figuraient des numéros à gratter, diffusant ensuite un parfum correspondant à des instants du film.

La société japonaise NTT a donné un nouveau souffle à cette technologie en 2006, en créant un système de téléchargement de senteurs pour le film de Terrence Malick The New World. L’université de Californie avait alors proclamé que cela permettait un plus grand réalisme.

The Independent se pose la question du succès du prochain film de Robert Rodriguez, le 4e volet de la saga «Spy Kids», attendu aux Etats-Unis le 19 août. Il utilisera un «aromascope», une technologie adaptant le principe de la carte de Polyester, mais sur laquelle il suffit de passer le doigt pour sentir l'odeur correspondant à la scène du film. Le quotidien britannique conclut en se demandant s’il ne faudrait pas reconsidérer ce «nouveau vieux gadget».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte