Monde

Nafissatou Diallo va intenter une action au civil cette semaine

Slate.fr, mis à jour le 26.07.2011 à 12 h 17

  • Nafissatou Diallo a rompu le silence en donnant deux interviews, au magazine Newsweek et à la chaîne de télévision ABC News, sur sa version des faits.
  • Son avocat affirme qu'elle intentera une action civile cette semaine.
  • Pour tout savoir sur l'affaire DSK, consultez notre DSKPedia, l'encyclopédie sur tous les volets de l'affaire

Une action civile prévue pour cette semaine

Après avoir rompu son silence médiatique, Nafissatou Diallo compte intenter une action civile cette semaine, a affirmé Kenneth Thompson, l'un de ses avocats, au New York Times:

«Elle va intenter une action pour affirmer sa dignité de femme. Dominique Strauss-Kahn l'a profanée en tant que femme, et il n'avait pas le droit de faire ça.»

Le fait que la femme de chambre s'apprête à intenter une action civile, comme ses récentes interventions médiatiques, laissent entendre que ses avocats ne gardent pas grand espoir quant au volet pénal de l'affaire (grandement remise en cause à la suite des révélations sur le passé de Nafissatou Diallo).

Kenneth Thompson a balayé les accusations des avocats de DSK, qui affirment que Nafissatou Diallo ne veut que se faire de l'argent avec un tel procès. Mais en intentant une action au civil, les avocats risquent de donner un outil de plus à la défense pour décrédibiliser la femme de chambre. Ceux de DSK pourraient arguer que cette nouvelle étape est une preuve que Nafissatou Diallo n'en veut qu'à l'argent de leur client.

C'est d'ailleurs ce qu'ils ont déjà immédiatement fait après l'offensive médiatique de l'accusatrice, affirmant dans un communiqué:

«Mme Diallo est la première accusatrice dans l’histoire à conduire une campagne médiatique pour convaincre de maintenir les charges contre une personne dont elle veut obtenir de l’argent. […] Il est clair que le but est d’enflammer l’opinion publique contre un accusé dans un dossier criminel en cours.»

Selon un expert judiciaire américain cité par Associated Press (AP), parler dans les médias comme Diallo vient de le faire est inhabituel et risqué à cette étape du dossier:

«D’un côté, cela pourrait encourager le procureur à poursuivre le dossier. De l’autre, il y a le risque que tout ce qu’elle dit peut être utilisé contre elle dans un procès civil ou criminel, surtout s’il y a des incohérences.»

AP explique ainsi que les procureurs tentent généralement de dissuader les témoins de se répandre dans les médias, notamment pour éviter d’avoir des versions divergentes du témoignage qui peuvent être utilisées par la défense.

L'ancienne chef de l'unité dédiée aux crimes sexuels à Manhattan, Linda A. Fairstein, estime dans le New York Times que ça ne semblait pas être le cas cette fois-ci, mais qu'il y avait toujours des complications lorsque des avocats comme Maître Thompson s'immiscaient dans des cas au pénal.

Elle explique que lorsque une des accusatrices des affaires qu'elle gérait avait un avocat, elle la prévenait toujours que l'avocat avait beaucoup à gagner financièrement dans un procès civil, ce qui pouvait influencer ses motivations. Ajoutant que les actions d'un avocat civil pouvait affecter le résultat d'un procès pénal.

Nafissatou Diallo rompt son silence médiatique

Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel de New York qui accuse Dominique Strauss-Kahn de viol, a rompu le silence qu’elle s’était imposé depuis le 14 mai en donnant deux interviews; une au magazine américain Newsweek dans les bureaux de ses avocats, paru lundi 25 juillet, et une à la chaîne de télévision ABC News, qui sera diffusée dans la même journée.

Elle raconte à Newsweek comment DSK, qui lui est apparu comme un «homme fou», est sorti nu de la salle de bains alors qu’elle croyait la chambre vide, comment elle a tenté de l’effrayer en affirmant que son «superviseur est juste là!» puis a réussi à se libérer.

«Diallo n’est pas séduisante» écrit le magazine Newsweek, qui raconte que la femme de chambre a pleuré à plusieurs reprises pendant l’interview, «et qu’à certains moments ses larmes semblaient forcées». Les réponses de Diallo sur son passé sont restées «vagues», mais son récit se fait très précis au moment d’aborder l’incident du Sofitel.

La chaîne ABC News donne quant à elle un aperçu de la longue interview filmée qu’elle va diffuser dans l’émission Good Morning America, et cite Diallo en ces termes:

«Je veux la justice. Je veux qu’il aille en prison. Je veux qu’il sache qu’il y a certains endroit où on ne peut pas utiliser son argent, utiliser son pouvoir pour faire une chose pareille.»

Photo: L'hôtel Sofitel. REUTERS/Chip East
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte