Culture

J.K. Rowling aurait dû écrire la saga Hermione Granger

Temps de lecture : 2 min

Image promotionnelle pour le film Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban
Image promotionnelle pour le film Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban

Et si la saga Harry Potter s’était appelée Hermione Granger? Voilà la question que pose la journaliste et blogueuse new-yorkaise Sady Doyle sur le site Global Comment.

Sa réponse prend la forme d’une fiction d’adieu à l’oeuvre dédiée aux aventures d‘Hermione, la fidèle compagne d'Harry dans l'oeuvre véritable. Conclusion générale: les livres de J.K. Rowling auraient été meilleurs. D’une part, on aurait parlé de Joanne Rowling, qui aurait assumé sa féminité jusque dans sa signature. Difficile de faire autrement, imagine Sady Doyle, quand on a résisté à la pression des éditeurs demandant un héros masculin, «plus universel».

Mais ce n’est pas seulement en choisissant une héroïne et non un héros, que Joanne Rowling aurait révolutionné le monde littéraire. Hermione vient d’une famille «normale», et elle sauve la mise à chaque épisode parce qu’elle est douée et qu’elle travaille pour réussir.

Elle n’est pas «Elue», contrairement à l’abominable Harry Potter, qui reçoit tout sans être «particulièrement brillant ou studieux», héritier de deux immenses fortunes et célèbre pour un acte qu’il n’a «même pas accompli lui-même».

Hermione est la «sorcière la plus brillante de son âge», qui s’oppose à l’esclavage des elfes et met tant de coeur à la tâche que dans Hermione et le Prisonnier d’Azkaban, elle se dote d'un pendentif magique qui lui permet d'avoir plus d’heures par jour pour étudier. Décidément, Joanne Rowling a bien choisi sa vedette, conclut l’article. La fin des livres le montre d’ailleurs: on y évoque le très haut placé statut professionnel d’Hermione, tandis qu’Harry Potter est empêtré dans un mariage plan plan avec son amour de jeunesse. «Encore un sportif qui a culminé pendant les années lycée.»

Article corrigé le 22 juillet 2010 (Hermione ne fait pas appel à un sortilège pour avoir plus d'heures pour étudier, mais à un pendentif magique)

Slate.fr

Newsletters

L’histoire de l’Haïtien réapparu dix-huit ans après sa mort va être adaptée par Bonello

L’histoire de l’Haïtien réapparu dix-huit ans après sa mort va être adaptée par Bonello

Le cinéaste Bertrand Bonello s'apprête à tourner un film inspiré de la troublante histoire de cet Haïtien qui semble être revenu à la vie. Une affaire qui avait déjà inspiré Wes Craven il y a trente ans.

Hitler ne serait sans doute pas devenu un monstre nazi sans la Première Guerre mondiale

Hitler ne serait sans doute pas devenu un monstre nazi sans la Première Guerre mondiale

Sa nouvelle biographie est un éclairage bref et précis sur la vie du dictateur et une entrée pour comprendre la construction de sa pensée.

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

Tueur de braconniers, maquisard du Front de libération des animaux ou Jeanne d’Arc de la défense de l’environnement: des écolos énervés surgissent dans les romans.

Newsletters