Culture

J.K. Rowling aurait dû écrire la saga Hermione Granger

Temps de lecture : 2 min

Image promotionnelle pour le film Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban
Image promotionnelle pour le film Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban

Et si la saga Harry Potter s’était appelée Hermione Granger? Voilà la question que pose la journaliste et blogueuse new-yorkaise Sady Doyle sur le site Global Comment.

Sa réponse prend la forme d’une fiction d’adieu à l’oeuvre dédiée aux aventures d‘Hermione, la fidèle compagne d'Harry dans l'oeuvre véritable. Conclusion générale: les livres de J.K. Rowling auraient été meilleurs. D’une part, on aurait parlé de Joanne Rowling, qui aurait assumé sa féminité jusque dans sa signature. Difficile de faire autrement, imagine Sady Doyle, quand on a résisté à la pression des éditeurs demandant un héros masculin, «plus universel».

Mais ce n’est pas seulement en choisissant une héroïne et non un héros, que Joanne Rowling aurait révolutionné le monde littéraire. Hermione vient d’une famille «normale», et elle sauve la mise à chaque épisode parce qu’elle est douée et qu’elle travaille pour réussir.

Elle n’est pas «Elue», contrairement à l’abominable Harry Potter, qui reçoit tout sans être «particulièrement brillant ou studieux», héritier de deux immenses fortunes et célèbre pour un acte qu’il n’a «même pas accompli lui-même».

Hermione est la «sorcière la plus brillante de son âge», qui s’oppose à l’esclavage des elfes et met tant de coeur à la tâche que dans Hermione et le Prisonnier d’Azkaban, elle se dote d'un pendentif magique qui lui permet d'avoir plus d’heures par jour pour étudier. Décidément, Joanne Rowling a bien choisi sa vedette, conclut l’article. La fin des livres le montre d’ailleurs: on y évoque le très haut placé statut professionnel d’Hermione, tandis qu’Harry Potter est empêtré dans un mariage plan plan avec son amour de jeunesse. «Encore un sportif qui a culminé pendant les années lycée.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Article corrigé le 22 juillet 2010 (Hermione ne fait pas appel à un sortilège pour avoir plus d'heures pour étudier, mais à un pendentif magique)

Newsletters

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

Virgil Abloh, visionnaire météorique de la mode

Virgil Abloh, visionnaire météorique de la mode

Le directeur artistique de la maison Louis Vuitton est mort à l'âge de 41 ans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio