Monde

L'étrange disparition d'un stock d'armes lourdes en Italie

Slate.fr, mis à jour le 20.07.2011 à 18 h 53

Weapons on the Francop, intercepted by the IDF/paffairs_sanfrancisco via Flickr cc

Weapons on the Francop, intercepted by the IDF/paffairs_sanfrancisco via Flickr cc

Le gouvernement italien a officiellement bloqué l’enquête sur une mystérieuse disparition d’un stock d’armes, révèle le Corriere Della Sera, repris par The Independent.

L'article Corriere Della Sera, explique le journal britannique, nous apprend que les missiles, roquettes anti-char et fusils mitrailleurs Kalashnikov étaient stockés par la Marine italienne sur l’île de Santo Stefano, au nord de la Sardaigne. Le procureur qui enquêtait sur la disparition de ces stocks a été rappelé à l’ordre par le bureau du président du Conseil Silvio Berlusconi en invoquant les lois sur le secret d’Etat. De fait, aucune information sur le sujet ne peut être rendue publique.

Les armes disparues provenaient d’une saisie sur un navire en provenance d’un pays de l’ex-URSS et à destination de la Croatie en 1994, en plein période de guerre dans les Balkans. Selon le Guardian, l’armement a été transféré en mai 2011 en Italie continentale par navires marchands, puis chargé sur des camions de l’armée. Depuis, plus personne ne semble savoir ce qu’il est devenu alors que le tribunal de Turin avait ordonné la destruction du stock.

Plusieurs magistrats de Tempio Pausania en Sardaigne se sont emparés de l’affaire et tentent de savoir si la cargaison a été expédiée en Libye ou en Afghanistan, deux conflits dans lesquels l’Italie est impliquée. D’autre part, des députés de l’opposition, notamment Gian Piero Scanu et Giulio Calvisi du Parti démocrate, ont tenté vainement d’obtenir des explications des ministères.

Le Guardian explique que la participation de l'Italie aux opérations de l'Otan en Libye se font dans un contexte difficile, car l’ancienne colonie italienne entretenait jusqu’alors des liens privilégiés avec le gouvernement Berlusconi. L’engagement dans le conflit a placé le Cavaliere dans une position inconfortable vis-à-vis de la Ligue du nord, son allié d’extrême-droite hostile à l’intervention en Libye.

Selon le Corriere Della Sera, la cargaison contient «assez de matériel pour équiper une armée entière». Dans les détails, il s’agit d’un arsenal pesant plus de 19 tonnes avec  5.000 roquettes Katiouchas, 400 missiles Fagot (aussi appelés AT-4 Spigot), 30.000 AK-47 (Kalashnikov) et de 11.000 roquettes anti-char.

Cette nouvelle affaire vient compliquer encore la situation du président du Conseil italien, alors qu’il vient d’être mis en examen dans le cadre de l'affaire «AnnoZero», du nom d'une émission politique qu'il aurait tenté de faire supprimer, rapporte L’Express. Silvio Berlusconi faisait déjà l'objet de trois procès pour fraude ou corruption et de poursuites dans l'affaire du «Rubygate» pour abus de pouvoir et relations sexuelles avec une prostituée mineure.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte