Life

Deux jumelles néo-nazies «sauvées» par la marijuana

Slate.fr, mis à jour le 19.07.2011 à 18 h 04

PrussianBlue, Stefano - Stark via Flickr, CC-Licence-by

PrussianBlue, Stefano - Stark via Flickr, CC-Licence-by

Lamb et Lynx Gaede, les deux jumelles du groupe pop néo-nazi américain Prussian Blue, ont bien changé depuis leurs débuts, relate The Daily. Elles avaient connu une couverture médiatique importante à la création du groupe, en 2003 et dans les années qui suivirent. Aujourd'hui, «ma sœur et moi sommes plutôt ouvertes d'esprit», commente Lamb. Même vision des choses pour Lynx:

«Personnellement, j'adore la diversité. Ça me fait chaud au cœur de savoir que nous avons tant de cultures. Je pense que c'est vraiment incroyable, et ça me rend chaque jour fière de l'humanité, que nous ayons tant de lieux et de gens.»

Ce changement, des «Sieg Heil» sur scène à l'ouverture d'esprit dont elles font preuve aujourd'hui, est dû à plusieurs choses. Comme l'explique Lynx, «ma sœur et moi avons été éduquées à la maison. Nous étions ces plouques de la campagne, et nous passions la plus grande partie de nos journées à jouer dans les collines avec des boucs». Jusque récemment, elles n'avaient aucune idée de la portée des paroles qu'elles chantaient.

Leur déménagement dans le Montana, un Etat à dominance blanche, mais «qui diffuse une aura décidément hippie» selon The Daily, a sans doute contribué à leur remise en question, particulièrement visible lors de leur tournée en Europe en 2006. Elles chantèrent à chaque concert de la tournée une reprise de Knockin' on Heaven's Door, de Bob Dylan, un choix particulier, surtout à côté «du répertoire de reprises du groupe Skrewdriver, des chansons folkloriques racistes à la gloire de Rudolph Hess et d'autres “héros” aryens».

Enfin, Lynx a eu un cancer, et développé un syndrome dit de «vomissement cyclique», qu'elle n'a pu guérir que grâce à la prise médicale de marijuana. Lamb a aussi lutté, puisqu'elle a souffert de scoliose et de douleurs chroniques, ainsi que d'un manque d'appétit probablement dû au stress émotionnel. Lynx est devenue l'une des premières mineures à bénéficier d'une carte médicale lui permettant d'obtenir de la marijuana dans le Montana. «Je dois dire que la marijuana m'a sauvé la vie», a déclaré Lynx au Daily. «Je serais probablement morte si je n'en avais pas bénéficié.» Lamb possède aussi une carte, relate le journal.

Seule leur mère, April, qui a joué un rôle important dans leur médiatisation à outrance, doute de leurs positions actuelles. Elle suspecte que leur nouvelle idéologie ne soit qu'un passage.

«Elles ont 19 ans, je pense que quand elles auront des enfants, elles en arriveront aux mêmes conclusions que moi.»

Erin Gloria Ryan, sur Jezebel, commente l'histoire des jumelles en plaisantant:

«[Les filles] aiment maintenant peindre des choses que les fumeurs de marijuana aiment peindre (des images à thématique astrologique, mais bientôt ce sera sûrement les ours dansants des Grateful Dead, ou des lignes qui tourbillonnent, tourbillonnent, tourbillonnent). Elles iront bientôt à l'université, où leurs cartes pour de la marijuana médicinale et leur nature affable leur attireront sans nul doute de nombreux amis.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte