Monde

La tombe de Franco pourrait être déménagée

Slate.fr, mis à jour le 19.07.2011 à 22 h 27

Valle de los Caidos (où est enterré Franco)/hermenpaca via FlickR CC Licence By

Valle de los Caidos (où est enterré Franco)/hermenpaca via FlickR CC Licence By

Le corps de Franco pourrait être exhumé, apprend-on sur BBC Mundo. Le dictateur espagnol est actuellement enterré dans le Valle de los Caídos («la Vallée de ceux qui sont tombés), monument à la gloire de la victoire franquiste lors de la guerre civile espagnole. L'ensemble est particulièrement impressionnant, avec notamment une croix qui surplombe le tout, haute de 150 mètres, ce qui en fait la plus grande du monde. Soixante-quinze ans après le début de cette guerre, il est enfin question de changer l'emplacement de la sépulture du Caudillo, explique BBC News.

La tâche est pourtant délicate. La transition démocratique espagnole ne s’est faite qu’à la mort de Franco et a été «prudente», selon Ramon Jauregui, ministre de la Présidence espagnole en charge du débat lié à sa tombe. «Cette transition a oublié le pire du passé parce que le pardon s’est imposé au souvenir», justifie-t-il au micro de la BBC.

La société espagnole reste divisée au sujet du franquisme. L’Espagne n’a puni personne après la dictature, aucune responsabilité pour les crimes commis n’a été revendiquée. Certains défendent toujours le régime du Caudillo, comme l’a récemment montré la polémique autour du Dictionnaire biographique espagnol où Franco n’était pas défini comme un dictateur. D’un autre côté, beaucoup d’Espagnols sont scandalisés par «la survie de symboles qui continuent de glorifier ce régime», explique El Pais.

La Loi de Mémoire Historique de 2007 a reconnu les victimes du franquisme et demandé la suppression des symboles du régime, mais elle n’a pas permis d’ouvrir les fosses communes, rappelle le quotidien. Difficile, alors, de panser les blessures d’une dictature qui a tué 150.000 personnes selon les historiens.

Le fait que Franco soit toujours enterré dans une basilique érigée en l’honneur du franquisme passe donc pour un affront, d’autant que la Vallée  est aujourd’hui le lieu de rassemblement de l’extrême droite espagnole, souligne la BBC. Il est question de l’enterrer dans un cimetière municipal avoisinant.

Le projet est pourtant loin d’être adopté: selon l’historien Angel Vinas, beaucoup d’Espagnols craignent encore d’être «confrontés à un passé trop sombre». Pour El Pais, l’Espagne doit redéfinir sa mémoire collective pour établir ce qui s’est réellement passé pendant les années franquistes. Il en va de l’identité du pays, affirme le journal.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte