Monde

Comment les femmes des «33» les ont sortis de la mine

Slate.fr, mis à jour le 18.07.2011 à 20 h 06

chile rescue/thomaswanhoff via Flickr CC License by

chile rescue/thomaswanhoff via Flickr CC License by

Bientôt un an après la catastrophe de San José au Chili, le Guardian fait le portrait Lilly, la compagne d'un des mineurs restés enfermés pendant 69 jours dans la mine, à près de 700 mètres sous terre. A travers elle, Miguel Sofia et Alexander Houghton retracent le rôle des familles dans le sauvetage des mineurs. 

Lilly le répète:

«Ils ne sont pas des héros, nous ne sommes pas des héroïnes, nous sommes tous des victimes.»

Mais le Guardian n'est pas d'accord: «Ce sont de vraies héroïnes», racontent les journalistes à propos de Lilly Ramirez, Elizabeth Segovia ou encore Angelica. C'est ce que leur a confirmé le chef de la police régionale: «Sans l’intervention des familles, les travailleurs seraient certainement restés enfermés dans la mine.» Grâce à leurs pressions sur le gouvernement, mais aussi sur les journalistes, elles ont eu un rôle éminemment politique:

«Nous avons réalisé que de plus en plus de journalistes se détournaient du sujet… Même si nous étions dans le malheur le plus total, nous avons failli “bouffer“ le ministre. Nous sommes partis et nous avons donc tenu une conférence de presse. La presse a alors réalisé que l’on faisait le travail à leur place, priant le gouvernement d’agir.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte