Life

Les mâles dominants sont plus stressés que les autres

Slate.fr, mis à jour le 15.07.2011 à 12 h 29

Olive baboon

Olive baboon

Une récente étude sur les babouins montre que les chefs d’un groupe sont bien plus stressés que les dominés ou «suiveurs», rapporte le New York Times.

On aurait tendance à penser que les hommes et femmes de pouvoir sont exposés à des pressions psychologiques moindres que des employés luttant pour garder ou améliorer leur place au sein de la hiérarchie sociale. C’est ce que montrait une ancienne étude du Dr Sapolsky, elle aussi d’abord réalisée sur des babouins. Plus le babouin occupait une place inférieure dans la hiérarchie du groupe, plus le taux de stress de l’animal était élevé, du moins en période de relative stabilité dans le groupe.

L’étude menée par Laurence R. Gesquiere de l’université de Princeton a été publiée dans la prestigieuse revue scientifique Science. Les recherches ont consisté à analyser pendant 9 ans les selles, qui permettent de voir le taux de glucocorticoïdes (hormone du stress), et les comportements de 5 bandes de babouins au Kenya.

Selon la publication, un singe n’occupant pas le poste numéro un dans la troupe serait moins stressé qu’un dominant, quel que soit le niveau de tranquillité du groupe, déterminé par le nombre de concurrents cherchant la bagarre et l’énergie dépensée à protéger ses femelles fertiles. Par contre, l’étude montre qu’un dominé a les mêmes chances de se procurer de la nourriture et de séduire des femelles, possédant un taux d’hormones sexuelles aussi élevé que celui d’un chef, relate le site nbc-2.fr. Le New York Times s’amuse:

«Après tout, quand le chef est en train de se battre avec un autre babouin, qui ramène la fille à la maison?»

Les effets du stress sur la santé ne sont pas vraiment connus chez les babouins, car ils sont très actifs, ce qui leur permet d’éviter un grand nombre d’accidents cardiovasculaires. A contrario, ces effets ont été analysés chez les Hommes, sur lesquels on connaît les conséquences du stress. Si l’étude n’est pas directement transposable à l’Homme, le New York Times souligne qu’elle permet de soulever les mêmes questions à l’échelle humaine et que quelle que soit l'espèce:

 «Les mâles au sommet de la hiérarchie subissent beaucoup de stress, et il y a un coût à cela.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte