Life

Une sénatrice américaine pointe une arme sur un journaliste

Slate.fr, mis à jour le 13.07.2011 à 14 h 48

pistolet/Denis Gustavo via Flickr CC License by

pistolet/Denis Gustavo via Flickr CC License by

Lori Klein, une sénatrice américaine de l’Arizona aime tant son pistolet «Pink Ruger» qu’elle n’a pas pu s’empêcher de le montrer à un journaliste, en pointant simplement son arme en direction de sa poitrine raconte le journal Arizona Republic.

Le pistolet était chargé lorsque Klein, qui est républicaine, s’est exclamée au sujet de son arme: «Oh il est trop beau», tout en visant la poitrine de Richard Ruelas, journaliste pour Arizona Republic.

Klein insiste sur le fait que le journaliste ne risquait rien. «Je n’avais même pas les mains sur la gâchette» rapporte-t-elle. Elle a expliqué qu’elle ne savait pas qu’elle se rendrait à la Chambre des Représentants alors qu'elle avait emporté son arme avec elle au Capitole. Elle a avoué qu’elle aurait dû le laisser dans son bureau. Malgré tout, elle a aussi affirmé ressentir le besoin de  porter une arme du fait d’une sécurité, selon elle, trop laxiste au Capitole.  «C’est tout de même une sécurité» confia-t-elle au journal Republic.

Elle a aussi raconté que le journaliste en question ne semblait pas importuné par la situation. Cette histoire lui a permis de tirer des leçons puisque Lori Klein s’est apparemment résignée à ne plus jamais montrer son pistolet à quiconque, parce que cela n’était pas un «accessoire de mode» et «que si quelqu’un [voulait] voir une démonstration de l’une de ses armes à feu, cela se [ferait] désormais dans un stand de tirs.»

Cela permettrait, écrit-elle, de «profiter dans la joie et en toute sécurité d’une expérience, que des centaines de milliers de citoyens de l’Arizona considèrent comme un droit (inscrit dans le deuxième amendement de la Constitution

Lori Klein porte un pistolet depuis 2000, date à laquelle quelqu’un s’était infiltré chez  elle, dans la Moon Valley. La police ayant alors mis 10 minutes à répondre à son appel au secours, cela l’avait poussé à acheter un calibre .40, avec lequel elle dort désormais.

La sénatrice, qui a grandi au milieu des armes à feu, a tiré pour la première fois à l’âge de 6 ans, lors de parties de chasse avec son père. Selon le Republic, Klein a bénéficié d’un «entrainement sur chacune de ses armes et son père lui a enseigné comment les utiliser de façon sûre.»

Alors même que Klein défend le droit au port d’armes, elle insiste sur le fait que cela reste un choix personnel. «Je n’aime pas la glace au chocolat», explique-t-elle. «Est-ce que je vais vous forcer à ne pas en manger?»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte