Life

Va-t-on manquer d'anti-venin contre les serpents?

Slate.fr, mis à jour le 13.07.2011 à 13 h 06

«Snake»/LongitudeLatitude via FlickR CC Licence By

«Snake»/LongitudeLatitude via FlickR CC Licence By

On risque de manquer d’anti-venin contre les morsures de serpents, apprend-on sur popularmechanics.com.

Bien que l’être humain sache en produire depuis plus de 100 ans, de fortes pénuries se font sentir pour «tous les types» d’antidote, en particulier dans les pays en développement. 100.000 personnes par an meurent faute de pouvoir être soignées dans un hôpital muni de la technologie appropriée pour soigner les morsures.

En cause, notamment le processus de production d’anti-venin détaillé par Popular Mechanics: même s’il s’est amélioré, celui-ci reste très proche des méthodes suivies il y a un siècle explique l'article. L’extraction du venin doit toujours se faire en plusieurs fois pour avoir de quoi créer un antidote. Un processus lent, et peu productif. Le site scientifique donne comme exemple des chercheurs qui avaient voulu recueillir une pinte (presque 50 cl) de venin du serpent corail, l'un des plus dangereuxdes Etats-Unis, en 1965. Cela avait ainsi demandé 69.000 extractions.

Aux Etats-Unis, le manque d’anti-venin est aussi lié au fait que la Food and Drug Administration américaine doit approuver les anti-venins comme tous les autres médicaments. Popular Mechanics illustre les difficultés que cela pose avec l'anti-venin contre les morsures de serpent corail, dont la fabrication a été arrêtée depuis la fermeture du laboratoire qui le produisait en 2003. La FDS a dû repousser la date d’expiration des antidotes existant pour que les hôpitaux puissent soigner  les –rares– personnes modues par le serpent très venimeux. Aucune autre formule d'anti-venin n’a encore été approuvée,  alors que les réserves continuent de baisser de manière critique.

La production d’antidotes contre les morsures et les piqûres de venin souffre énormément de la régularisation à laquelle elle est soumise, souligne un autre article de Popular Mechanics. L’état d’Arizona avait ainsi vécu une sévère pénurie d’anti-venin contre les piqûres de scorpion le jour où la seule scientifique autorisée à produire l’antidote avait pris sa retraite (en 1999).

De même, un seul laboratoire a le droit de fabriquer le traitement contre les piqûres des araignées «veuves noires» aux Etats-Unis, et il a dû diminuer sa distribution à cause d’un manque de moyens de production, rapporte le site. De nouveaux vaccins contre les piqûres de scorpion et de veuve noire sont tout de même actuellement en fabrication.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte