Culture

Jean-Luc Godard propose une solution à la crise grecque

Temps de lecture : 2 min

Jean-Luc Godard reçoit un prix le 30 novembre 2010 à Zurich. REUTERS/Christian Hartmann.
Jean-Luc Godard reçoit un prix le 30 novembre 2010 à Zurich. REUTERS/Christian Hartmann.

«Si on payait 10 euros à la Grèce à chaque fois qu’on utilise le mot “donc”, la crise serait finie en un jour et les Grecs n’auront pas à vendre le Parthénon aux Allemands.»

Etrange solution à la crise hellène ébauchée par Jean-Luc Godard, dont le Guardian fait le portrait à l’occasion de la sortie britannique de Film Socialisme. Explication:

«Les Grecs nous ont donné la logique. C’est Artistote qui est à l’origine du grand “donc” [le principe de causalité Aristotellicien], comme dans “je ne t’aime plus, donc...” ou “je t’ai trouvé au lit avec un autre homme, donc...” On utilise ce mot des millions de fois, pour prendre nos décisions les plus importantes. Nous devrions commencer à le payer[...] Nous avons les outils technologiques pour traquer tous ces “donc” sur Google [...] A chaque fois qu’Angela Merkel dit aux Grecs “Nous vous avons prêté plein d’argent, donc vous devez payer, elle devra donc leur payer des royalties”.»

Bien entendu, c’est une blague. Le réalisateur mythique de la Nouvelle Vague est contre le concept «bourgeois et capitaliste de copyright» explique le quotidien britannique: il représente, pour ses adeptes, la «nouvelle république des images» où «le droit d’auteur semblera bientôt aussi médiéval que le droit du seigneur.»

La Grèce reste pourtant un motif cher à Godard. Le journal rappelle qu’il avait «séché» Cannes cette année, «suite à des problèmes de type grec», comme il l’avait expliqué dans une lettre au délégué général du festival Thierry Frémaux.

Slate.fr

Newsletters

«Dernier amour», une adaptation extrêmement juste de Casanova

«Dernier amour», une adaptation extrêmement juste de Casanova

Le nouveau film de Benoît Jacquot s'inspire des «Mémoires» de Casanova pour laisser éclore un très beau portrait de jeune femme.

Supprimer Michael Jackson des «Simpson» est une erreur

Supprimer Michael Jackson des «Simpson» est une erreur

La Fox a escamoté l'épisode des «Simpson» qui parlait de la star, illustrant la tendance récente à se débarrasser purement et simplement d'œuvres devenues trop gênantes.

Trop de livres tue le livre

Trop de livres tue le livre

[BLOG You Will Never Hate Alone] À l'idée de publier un roman à la rentrée prochaine, j'ai par avance le vertige en songeant à tous les autres qui paraîtront en même temps.

Newsletters