Culture

Jean-Luc Godard propose une solution à la crise grecque

Temps de lecture : 2 min

Jean-Luc Godard reçoit un prix le 30 novembre 2010 à Zurich. REUTERS/Christian Hartmann.
Jean-Luc Godard reçoit un prix le 30 novembre 2010 à Zurich. REUTERS/Christian Hartmann.

«Si on payait 10 euros à la Grèce à chaque fois qu’on utilise le mot “donc”, la crise serait finie en un jour et les Grecs n’auront pas à vendre le Parthénon aux Allemands.»

Etrange solution à la crise hellène ébauchée par Jean-Luc Godard, dont le Guardian fait le portrait à l’occasion de la sortie britannique de Film Socialisme. Explication:

«Les Grecs nous ont donné la logique. C’est Artistote qui est à l’origine du grand “donc” [le principe de causalité Aristotellicien], comme dans “je ne t’aime plus, donc...” ou “je t’ai trouvé au lit avec un autre homme, donc...” On utilise ce mot des millions de fois, pour prendre nos décisions les plus importantes. Nous devrions commencer à le payer[...] Nous avons les outils technologiques pour traquer tous ces “donc” sur Google [...] A chaque fois qu’Angela Merkel dit aux Grecs “Nous vous avons prêté plein d’argent, donc vous devez payer, elle devra donc leur payer des royalties”.»

Bien entendu, c’est une blague. Le réalisateur mythique de la Nouvelle Vague est contre le concept «bourgeois et capitaliste de copyright» explique le quotidien britannique: il représente, pour ses adeptes, la «nouvelle république des images» où «le droit d’auteur semblera bientôt aussi médiéval que le droit du seigneur.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

La Grèce reste pourtant un motif cher à Godard. Le journal rappelle qu’il avait «séché» Cannes cette année, «suite à des problèmes de type grec», comme il l’avait expliqué dans une lettre au délégué général du festival Thierry Frémaux.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Présenté comme une série, «Esterno Notte», de Marco Bellocchio, est un immense film sur les multiples formes de la folie en politique, déployant les ramifications de l'affaire Aldo Moro.

«C'était son baptême du bois de Boulogne, deux mois après son arrivée»

«C'était son baptême du bois de Boulogne, deux mois après son arrivée»

Dans son nouveau livre, le romancier Johann Zarca retrace la trajectoire tragique d'un homme toxicomane et alcoolique qui, la nuit, se mue en prostituée et exerce au bois de Boulogne.

Festival de Cannes, jour 2: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert la 75e édition

Festival de Cannes, jour 2: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert la 75e édition

Plus que la sympathique comédie «Coupez!», la cérémonie d'ouverture a offert un grand moment d'émotion, inscrit dans la réalité actuelle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio