Monde

DSK: le «scoop» du New York Post sur l'accusatrice de plus en plus douteux

Slate.fr, mis à jour le 12.07.2011 à 10 h 25

Photo: Dominique Strauss-Kahn. REUTERS/Emmanuel Dunand/Pool

Photo: Dominique Strauss-Kahn. REUTERS/Emmanuel Dunand/Pool

Les scoops des tabloïds sont toujours à prendre avec méfiance. En l’occurrence, le New York Post avait affirmé que l’accusatrice de Dominique Strauss-Kahn se prostituait au Sofitel. Une information qui lui vaut un procès de la jeune femme.

Le Washington Post, lui, conteste la méthode employée par le NYP pour publier cet article: le tabloïd a affirmé que le syndicat de la femme de chambre l’avait placée au Sofitel pour qu’elle ramène des «gros sous» en citant une «source proche de l’enquête de la défense», anonyme naturellement.

Face aux accusations développées pendant tout l’article, une source bien identifiée, le porte-parole du syndicat, Josh Gold, affirmait que:

«Ces insinuations sont absurdes. Elle ne s’est jamais inscrite à notre aide à l’embauche. Nous ne l’avons jamais envoyée faire une seule interview. Nous ne l’avons absolument pas placée dans cet hôtel et nous ne traçons pas les pourboires.»

Une seule citation, bien plus crédible puisque nommée, souligne le Washington Post. Le journal ajoute que le syndicat avait envoyé tous les documents qu’ils possédaient au sujet de la femme de chambre guinéenne, y compris les recommandations qu’elle avait reçues du Comité International de secours qui aide les réfugiés à trouver un emploi.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte