Monde

En Indonésie, l'école apprend à tricher aux élèves

Slate.fr, mis à jour le 10.07.2011 à 11 h 09

Tricher à l’école est une pratique répandue dans le monde entier que tous les pays tentent d’éradiquer, sauf l'Indonésie. Le pays est touché depuis quelques semaines par un scandale pour le moins inhabituel: des professeurs y encouragent la triche à l’école pour atteindre les objectifs de réussite scolaire de leur établissement, rapporte l’hebdomadaire britannique The Economist.

Les révélations ont entraîné un débat passionné sur la vraie valeur des notes et des diplômes de millions de jeunes Indonésiens qui entrent sur le marché du travail de la première économie d’Asie du sud-est chaque année.

Le scandale est arrivé par la mère d’un enfant de 13 ans à Surabaya, dans l’est de l’île de Java, qui a alerté la radio locale que son fils avait été forcé par ses professeurs à partager ses réponses avec ses camarades de classe lors d’un examen national. La mère, Siami, avait d’abord tenté d’alerter l’école, qui a ignoré sa plainte.

Mais au lieu d’être félicitée pour son honnêteté, Siami a été prise à parti par ses voisins et les autres parents de l’école, qui l’ont accusée d’«égoïsme» et d'être une «honte pour l’école». Elle a dû aller se réfugier dans sa famille.

Suite à une enquête des responsables de l’enseignement locaux, le directeur de l’école et deux instituteurs ont été licenciés. Mais le cas de Siami a ouvert une brèche: d’autres parents et élèves se sont mis à livrer des témoignages similaires, contredisant la version officielle selon laquelle le cas était isolé. Une conférence de presse a été organisée pour encourager les parents et les enfants à dénoncer la tricherie organisée malgré les pressions et les intimidations.

Le 30 juin, Siami et son fils ont été récompensés par un prix pour leur honnêteté par la Commission nationale de protection des enfants, rapporte le Jakarta Globe. La présidente de l’association a déclaré à cette occasion:

«L’honnêteté est rare de nos jours, mais elle devrait être inculquée dès l’enfance. Je pense qu’il reste beaucoup de gens honnêtes, mais que la plupart d’entre eux ont peur de dire la vérité à cause des menaces. Ca commence par un petit mensonge puis ça devient une habitude. Pouvez-vous imaginer ce que sera notre pays dans le futur si les leaders de demain sont habitués à la malhonnêteté?»

En France, l’Education nationale a recensé en 2010 272 cas de tricherie au bac pour 600.000 candidats.

Photo:: Taking a Test/peruisay via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte