Monde

Julian Assange ne voudrait plus écrire ses mémoires

Temps de lecture : 2 min

Julian Assange, en décembre 2010. REUTERS/Paul Hackett
Julian Assange, en décembre 2010. REUTERS/Paul Hackett

Le contrat d’édition signé par Julian Assange pour écrire ses mémoires serait sur le point de s’effondrer, apprend-on sur le Guardian.

Le quotidien britannique cite des sources anonymes proches du monde de l’édition selon lesquelles le fondateur de Wikileaks ne voudrait plus écrire le livre qu’il avait annoncé «du moins sous sa forme originale».

En décembre, Assange avait signé un contrat de £930,000 (plus d’un million d’euros) averc la maison d’édition Canongate basée à Edimbourg et la société américaine Alfred A Knopf. Il avait annoncé vouloir que cette autobiographie (écrite par un «nègre», Andrew O'Hagan) soit «l’un des documents unificateurs de notre génération».

Mais aujourd’hui, il semblerait que le hacker australien, qui doit faire appel de son jugement d’extradition vers la Suède la semaine prochaine, ait peur que ses mémoires ne donnent des «munitions» à l’accusation américaine qui pourrait à son tour demander son extradition en l’inculpant de terrorisme. Ni Assange ni les maisons d’édition n’ont confirmé ces propos.

Julian Assange avait affirmé compter sur son contrat d’édition pour payer ses frais de justice. Il a récemment posté une vidéo parodiant MasterCard pour demander des fonds, et a également annoncé vouloir faire un procès à la société de cartes qui a refusé de transférer les donations faites à Wikileaks. Coïncidence?

Newsletters

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Ne pas se ranger du côté des États-Unis, ni apporter de soutien inconditionnel à Moscou... L'invasion russe de l'Ukraine ne facilite pas la position de Pékin.

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ils s'appuient sur le fait que puisque la Russie n'est pas officiellement en guerre, les dirigeants ne peuvent les forcer à aller grossir les troupes.

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio