Monde

James Murdoch annonce la fin de News of the World

Slate.fr, mis à jour le 07.07.2011 à 18 h 09

Capture d'écran de newsoftheworld.co.uk

Capture d'écran de newsoftheworld.co.uk

James Murdoch, le PDG de la filiale européenne de News Corporation, a annoncé jeudi 7 juillet que la prochaine édition du tabloïd britannique News of the World sera la dernière. Le fils du milliardaire Rupert Murdoch, lui-même fondateur et PDG de News Corporation, a déclaré dans un communiqué où il reconnaît ses erreurs:

«Pas besoin de vous rappeler que News of the World a 168 ans. Qu’il est plus lu que n’importe quel autre journal de langue anglaise. […] Le travail de News of the World est de mettre les autres devant leurs responsabilités. Mais il n’a pas pu le faire pour lui-même. [...] Après avoir consulté mes collègues, j’ai décidé que nous devons prendre des mesures fermes pour le journal. Ce dimanche sera la dernière édition de News of the World.»

Pointé du doigt ces dernières années pour des écoutes illégales de personnalités, News of the World était depuis plusieurs jours au centre d’un nouveau scandale dont les répercussions politiques et économiques ont pris une ampleur inédite. Le journal est accusé d’avoir piraté des messageries de téléphones portables de victimes de crimes ou de leurs proches, et même de familles de soldats morts en Afghanistan et en Irak.

Le scandale a pris une tournure politique mercredi 6 juillet: le Premier ministre David Cameron a annoncé l’ouverture d’au moins une enquête sur les pratiques du tabloïd, mais a pour le moment refusé de faire intervenir un juge, comme le réclame le vice-Premier ministre Nick Clegg, rapporte le Guardian.

Les divergences entre les deux partenaires de la coalition au pouvoir interviennent alors que les appels se multiplient à l’Assemblée et à la City pour que le gouvernement reporte sa décision sur le rachat total de British Sky Broadcasting, le plus gros opérateur de télévision par satellite du pays, par le groupe de Murdoch, qui en détient actuellement autour de 40%.

Le leader de l’opposition travailliste, Ed Miliband, a pris position contre l’empire médiatique de Rupert Murdoch en demandant la démission de Rebekah Brooks, la PDG de News International, la filière britannique de News Corp, et qui était rédactrice en chef de News of the World à l’époque des faits présumés:

«L’opinion sera incrédule si on prend la décision la semaine prochaine de valider cette transaction alors que News international est la cible d’une enquête criminelle majeure et que nous ne savons pas encore qui sera inculpé.»

Le Financial Times rapporte que l’action du groupe News Corp a perdu 3,6% à la Bourse de New York. Les actionnaires craignent en effet que la tournure politique prise par le scandale au cours des derniers jours empêche le groupe de prendre le contrôle total de British Sky Broadcasting.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte