Monde

Vers une guerre «accidentelle» avec l’Iran?

Slate.fr, mis à jour le 06.07.2011 à 12 h 35

Royal Navy frigate HMS Iron Duke/AN HONORABLE GERMAN via Flickr

Royal Navy frigate HMS Iron Duke/AN HONORABLE GERMAN via Flickr

Le navire de la Royal Navy britannique Iron Duke a dû effectuer des tirs de semonce en direction d’un speedboat, ou embarcation rapide, semblant lui foncer dessus dans le golfe Persique en avril 2011.

The Daily Beast a diffusé une vidéo de cet incident, jusque-là non-rapporté, qui selon le journaliste Michael Adler illustre le niveau élevé des tensions dans cette région du monde.

Les autorités militaires américaines craignent de voir ce genre d’incident déclencher une «guerre accidentelle». Le 7 janvier 2008, cinq petites embarcations iraniennes ont nargué un groupe de trois bâtiments de guerre américains dans le détroit de Hormuz. Aucune balle n’a été tirée, mais le président George W. Bush avait alors dénoncé un «acte de provocation»

Le journal londonien Times rapportait à cette même époque que les speedboats avaient menacé les marins américains d’une «attaque suicide». Sur une fréquence radio maritime, l’une des personnes présentent sur les embarcations aurait déclaré:  

«J’arrive sur vous et je vais vous faire sauter dans quelques minutes.»

L’état-major américain s’inquiète en particulier du manque de communication entre les marines des pays occidentaux et celle de l’Iran, relève The Daily Beast. Il était plus facile à l’époque de la guerre froide de prévenir les incidents maritimes avec l’Union soviétique, grâce à la signature d’accords spécifiques.

Plus compliqué qu'avec l'URSS

Avec l’Iran, la situation est beaucoup moins claire, d’autant que les deux pays n’ont aucune relation diplomatique. Pour compliquer encore plus la situation, l’Iran possède en quelque sorte deux marines nationales, celle de l’armée régulière et celle des Gardiens de la révolution, toutes deux opérant dans le Golfe persique. Les Gardiens de la révolution, ou Pasdaran, constituent à eux seuls une armée parallèle basée sur l’idéologie de la révolution islamique.

Un responsable américain cité par The Daily Beast explique que l’inquiétude est constamment présente dans les esprits des militaires:

«De notre côté, tout est sous contrôle avec sur place des officiers professionnels. Mais du leur, vous avez des gens qui sont récompensés pour leur imprudence.»

Selon le colonel David Crist, le problème est que l’Iran se sent envahi par les navires américains dans ses eaux territoriales. «Du point de vue des Iraniens, ils ont leurs propres frontières maritimes que les Etats-Unis ne reconnaissent pas», explique-t-il.

L’Iran menace régulièrement de bloquer le hautement stratégique détroit de Hormuz en cas d’attaque sur son territoire, mais les ambitions iraniennes semblent grandir. Selon Le Monde, Ali Jafari, commandant des Gardiens de la révolution, a prévenu que ses forces ne se limiteraient pas au blocage du détroit. «De plus, nous ne nous en tenons pas là, nous cherchons maintenant à déployer nos capacités défensives dans les eaux ouvertes», a-t-il déclaré.

Les forces maritimes des Pasdaran mènent cette semaine dans le Golfe des manœuvres navales incluant des lancements de missiles. Les forces navales iraniennes de «haute mer» sont réduites à «quelques frégates et sous-marins», mais l'Iran a commencé depuis un an à les déployer dans l'0céan Indien, le golfe d'Aden et en mer Rouge, explique Le Monde.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte