Économie

Microsoft se soumet à la censure chinoise pour associer Bing et Baidu

Temps de lecture : 2 min

Microsoft, Nils Geylen via Flickr, CC-Licence-by
Microsoft, Nils Geylen via Flickr, CC-Licence-by

Microsoft a annoncé lundi 4 juillet qu'il allait associer son moteur de recherche, Bing, au moteur de recherche chinois le plus utilisé, Baidu, relate le Financial Times. Le but de cette manœuvre est de permettre aux utilisateurs de Baidu d'avoir directement des résultats extraits de Bing, lors d'une recherche en anglais. L'accord souligne de nouveau les problèmes liés à la censure en Chine.

L'accord aidera d'une part le moteur de recherche chinois à proposer de meilleurs résultats pour les requêtes en anglais, qui sont de plus en plus courantes (plus de 10 millions par jour). Il aidera d'autre part Microsoft à promouvoir son moteur dans le pays où «le marché autour d'Internet est le plus important au monde», marché dans lequel sa part est inférieure à 1% pour l'instant, selon la firme Analysys International.

Selon le Financial Times, Baidu contrôle plus des trois-quart du marché chinois, tandis que Google en contrôle encore 19,6%. L'accord devrait permettre à Baidu de gagner encore quelques parts de marché. Le moteur Google s'était quant à lui en partie retiré de Chine en mars 2010, suivant sa promesse de lutter contre la censure du gouvernement, en particulier sur les résultats de recherche. Les nouvelles dispositions renvoient les utilisateurs chinois vers le site correspondant à Hong-Kong, non assujetti à la censure.

Ni Baidu ni Microsoft n'ont publié les termes de l'accord, mais pour David Barboza du New York Times, aucun doute n'est possible: «Les résultats de recherches seront sans aucun doute censurés, car Pékin maintient un contrôle très strict sur les entreprises en rapport avec Internet. Le gouvernement requiert des compagnies hébergés sur son sol de censurer les résultats de recherches considérés comme dangereux ou potentiellement gênants, en particulier concernant les droits de l'homme et les dissidents

Un porte-parole de Microsoft, interrogé par le New York Times, a déclaré:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Microsoft respecte et reste en accord avec les lois de chaque pays dans lesquels nous faisons affaire. Nous opérons maintenant en Chine, d'une manière qui respecte les autorités locales et la culture, mais qui ne laisse aucun doute sur le fait que nous ayons une opinion différente par rapport à la politique officielle d'administration du contenu.»

Newsletters

Le retour de l'inflation est un casse-tête pour les économistes et les politiques

Le retour de l'inflation est un casse-tête pour les économistes et les politiques

La hausse des prix enregistrée depuis le début de l'année commence à poser un vrai problème. Selon qu'il s'agit d'un simple feu de paille ou d'une tendance destinée à s'inscrire dans la durée, la réponse ne peut être la même.

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Certains États paient les Américains pour qu'ils retournent au travail

Ils peuvent recevoir un chèque d'une valeur correspondant à plus de 1.700 euros.

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

À quel point l'industrie française dépend-elle de la Chine?

Les manquements que la crise sanitaire a révélés peuvent laisser croire que nous sommes très dépendants du continent asiatique. Ce n'est pas le cas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio