Culture

Vendu 50 euros, le tableau s'avère être un Leonard de Vinci

Temps de lecture : 2 min

Zoom sur le tableau original, avant rénovation. Domaine public
Zoom sur le tableau original, avant rénovation. Domaine public

Un tableau de Léonard de Vinci a été redécouvert aux États-Unis, relate Milton Esterow dans le magazine ARTNews. Le tableau, une peinture à l'huile sur bois intitulée Salvator Mundi (Le Sauveur du monde), représente le Christ le bras droit levé en signe de bénédiction, sa main gauche tenant un orbe (c'est-à-dire un globe).

Il a été acheté par un consortium de marchands d'art —dont Robert Simon, un spécialiste des tableaux de maîtres— dans une vente de succession, pour 45 livres sterling (50 euros). Puis présenté en 2009 devant un panel de spécialistes du Metropolitan Museum of Art afin de l'authentifier. Le consortium en demanderait, s'il était vendu, près de 200 millions de dollars (138 millions d'euros), selon ARTNews.

Le Salvator Mundi, avant rénovation.

Une source anonyme proche du Metropolitan Museum raconte:

«La peinture a été oubliée pendant des années. Quand elle s'est retrouvée dans une vente aux enchères, [Robert] Simon l'a achetée, faisant le pari qu'elle était une peinture originale de Léonard de Vinci. Le tableau avait été lourdement repeint, lui donnant l'air d'une copie. C'était une ruine, sombre et lugubre. Elle avait été nettoyée à plusieurs reprises par le passé, par des gens qui ne savaient pas comment le faire. Un rénovateur a même mis de la résine artificielle sur le tableau, elle était devenue grise et a dû être enlevée méticuleusement. Quand ils ont enlevé les couches de peintures en trop, le tableau original a été dévoilé. Tout le monde a pu voir la peinture incroyablement délicate. Et tous se sont accordés pour dire que Léonard en était le peintre.»

Une expertise partagée par Pietro Mariani, historien d'art en Italie et rénovateur de tableau. Il a fait partie d'un groupe de quatre spécialistes qui ont pu voir le tableau au cours de sa rénovation, en 2010. Interrogé par le Telegraph, il précise qu'«avant la rénovation, le tableau était dans un très mauvais état, couvert de vieilles couches de peinture. Mais durant la rénovation, la qualité du tableau émergea —les couleurs merveilleuses, les bleu et les rouge du vêtement (du Christ), qui rappellent la Cène».

Le premier possesseur du tableau est, selon le Telegraph, Charles 1er, roi d'Angleterre. Le tableau est ensuite passé à son successeur, Charles II, mais il est ensuite perdu jusqu'à son achat par Sir Francis Cook au XIXe siècle. Il a ensuite été vendu à Sotheby's à la mort de Francis Cook, et catalogué comme étant l'œuvre de Giovanni Antonio Boltraffio, un disciple de Léonard de Vinci.

Le tableau devrait être présenté lors de l'ouverture de l'exposition «Léonard de Vinci, peintre à la cour de Milan», qui s'ouvrira le 9 novembre 2011 à la National Gallery de Londres.

Newsletters

En attendant le retour des concerts, les podcasts pour découvrir de la musique

En attendant le retour des concerts, les podcasts pour découvrir de la musique

Petites salles et festivals ne sont plus là pour vous présenter des artistes, mais il y a d'autres moyens de s'en mettre plein les oreilles.

9 romans enfants et ados contre les stéréotypes de genre

9 romans enfants et ados contre les stéréotypes de genre

Plutôt que de proposer une vision univoque du monde, la fiction peut amener les plus jeunes à interroger la société qui les entoure.

Au cœur des marchés aux animaux d'Asie

Au cœur des marchés aux animaux d'Asie

«Les plus grandes pandémies ont toujours résulté d'une relation avec les animaux: grippe porcine, grippe aviaire, Ebola, SRAS, MERS, désormais Covid-19, relève Jo-Anne McArthur. Ceux qui pointent le doigt exclusivement vers la Chine...

Newsletters