Culture

Lennon avait-il viré reaganien?

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du journal télévisé d'ABC «John Lennon is dead».
Capture d'écran du journal télévisé d'ABC «John Lennon is dead».

John Lennon avait-il viré républicain à la fin de sa vie? La question a été débattue cette semaine suite aux révélations d'un ancien assistant de l'auteur d'Imagine, rapportées par l'agence World Entertainment News Network puis fortement nuancées par le site TMZ.

Selon l'agence, dont le travail a été notamment relayé par le quotidien Toronto Sun, «John Lennon se sentait un peu embarrassé par son radicalisme passé». Dans un documentaire de Seth Swirsky pas encore diffusé intitulé Beatles Story, son ancien assistant personnel Fred Seaman, qui a travaillé avec lui de 1979 à 1980, tient les propos suivants:

«John disait très clairement que s'il était américain il voterait pour Reagan, car il se montrait très aigre envers Jimmy Carter. […] Reagan était, je crois, le type qui avait ordonné à la garde nationale de s'occuper des jeunes manifestants de Berkeley, donc je pense que John avait peut-être oublié cela. […] Je l'ai aussi vu s'embarquer dans des disputes vraiment brutales avec mon oncle, qui était un communiste à l'ancienne. […] C'était peut-être seulement de la provoc... mais pour moi il était vraiment évident qu'il s'était éloigné de son radicalisme d'antan.»

Le site Flavorwire revient sur cette rumeur dont il reconnaît que, pour les fans de Lennon, elle n'a pas vraiment constitué une «révélation bienvenue», et cite des propos en sens contraire d'Elliot Mintz, ancien attaché de presse et vieil ami de Lennon, à TMZ:

«Depuis ma première rencontre avec John en 1971 jusqu'à la fin, jusqu'à son dernier soupir, tous les sentiments qu'il avait exprimés dans Imagine ont continué de faire partie de son système de croyance.»

Mintz a estimé que Fred Seaman avait «une vision distordue et révisionniste de l'histoire». Le blog Top of the Ticket du Los Angeles Times rappelle que Seaman avait plaidé coupable en 1983 du vol de photographies et lettres du couple Lennon, et avait été condamné à cinq années de mise à l'épreuve.

En décembre dernier, à l'occasion des trente ans de la mort de Lennon et de la tentative d'assassinat de Reagan, nous avions consacré un article aux «relations» entre les deux hommes. Nous revenions notamment sur leur rencontre en 1973 sur le plateau de l'émission sportive Monday Night Football. Le coprésentateur Frank Gifford se souviendra avoir entendu son collègue Howard Cosell lui dire «Prenez le gouverneur, je prends le Beatle» en voyant les deux invités, et se rappellera avoir vu hors-antenne «quelque chose de spécial: Ronald Reagan un bras autour de John Lennon, en train de lui expliquer les règles du football».

Slate.fr

Newsletters

Cinéma: des films inédits, surprenants, classiques ou à rattraper en DVD

Cinéma: des films inédits, surprenants, classiques ou à rattraper en DVD

Petit florilège de parutions récentes, monts inconnus et merveilles à redécouvrir. La plupart sont également accessibles en VOD, mais sans les suppléments (bonus audiovisuels, livres et livrets), et pas forcément avec la même qualité d'image et de son.

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Depuis une dizaine d'années, le disco polo s’impose comme référence de l’industrie musicale polonaise. Au point d'attirer l'attention des politiques et d'exaspérer les milieux intellectuels.

Au Brésil, des salles vides pour un film qui est pourtant le plus gros succès du moment

Au Brésil, des salles vides pour un film qui est pourtant le plus gros succès du moment

Les entrées de «Rien à perdre», biopic du fondateur de l'Église universelle du Royaume de Dieu, battent des records. Mais presque aucun spectateur ne va voir le film.

Newsletters