Culture

Lennon avait-il viré reaganien?

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du journal télévisé d'ABC «John Lennon is dead».
Capture d'écran du journal télévisé d'ABC «John Lennon is dead».

John Lennon avait-il viré républicain à la fin de sa vie? La question a été débattue cette semaine suite aux révélations d'un ancien assistant de l'auteur d'Imagine, rapportées par l'agence World Entertainment News Network puis fortement nuancées par le site TMZ.

Selon l'agence, dont le travail a été notamment relayé par le quotidien Toronto Sun, «John Lennon se sentait un peu embarrassé par son radicalisme passé». Dans un documentaire de Seth Swirsky pas encore diffusé intitulé Beatles Story, son ancien assistant personnel Fred Seaman, qui a travaillé avec lui de 1979 à 1980, tient les propos suivants:

«John disait très clairement que s'il était américain il voterait pour Reagan, car il se montrait très aigre envers Jimmy Carter. […] Reagan était, je crois, le type qui avait ordonné à la garde nationale de s'occuper des jeunes manifestants de Berkeley, donc je pense que John avait peut-être oublié cela. […] Je l'ai aussi vu s'embarquer dans des disputes vraiment brutales avec mon oncle, qui était un communiste à l'ancienne. […] C'était peut-être seulement de la provoc... mais pour moi il était vraiment évident qu'il s'était éloigné de son radicalisme d'antan.»

Le site Flavorwire revient sur cette rumeur dont il reconnaît que, pour les fans de Lennon, elle n'a pas vraiment constitué une «révélation bienvenue», et cite des propos en sens contraire d'Elliot Mintz, ancien attaché de presse et vieil ami de Lennon, à TMZ:

«Depuis ma première rencontre avec John en 1971 jusqu'à la fin, jusqu'à son dernier soupir, tous les sentiments qu'il avait exprimés dans Imagine ont continué de faire partie de son système de croyance.»

Mintz a estimé que Fred Seaman avait «une vision distordue et révisionniste de l'histoire». Le blog Top of the Ticket du Los Angeles Times rappelle que Seaman avait plaidé coupable en 1983 du vol de photographies et lettres du couple Lennon, et avait été condamné à cinq années de mise à l'épreuve.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

En décembre dernier, à l'occasion des trente ans de la mort de Lennon et de la tentative d'assassinat de Reagan, nous avions consacré un article aux «relations» entre les deux hommes. Nous revenions notamment sur leur rencontre en 1973 sur le plateau de l'émission sportive Monday Night Football. Le coprésentateur Frank Gifford se souviendra avoir entendu son collègue Howard Cosell lui dire «Prenez le gouverneur, je prends le Beatle» en voyant les deux invités, et se rappellera avoir vu hors-antenne «quelque chose de spécial: Ronald Reagan un bras autour de John Lennon, en train de lui expliquer les règles du football».

Newsletters

Orelsan, star de LinkedIn, inspiration des chefs d'entreprise

Orelsan, star de LinkedIn, inspiration des chefs d'entreprise

Fort du succès de son dernier album «Civilisation», le rappeur est devenu l'un des sujets les plus tendance sur LinkedIn, où il est loué pour son génie marketing. Un phénomène curieux, tant le rappeur s'est construit une image aux antipodes du bourreau de travail.

Des perles en œufs d'autruche révèlent un réseau social vieux de 50.000 ans

Des perles en œufs d'autruche révèlent un réseau social vieux de 50.000 ans

L'étude des bijoux permet de comprendre les interactions sociales préhistoriques.

Agatha Christie, le Bauhaus et les espions: toutes les routes mènent à l'Isokon

Agatha Christie, le Bauhaus et les espions: toutes les routes mènent à l'Isokon

[Épisode 1] La déclassification des dossiers du MI5 a permis de compléter la fascinante histoire de cet immeuble avant-gardiste et de l'expérience sociale qu'il a proposée. Agatha Christie y a rédigé son unique roman d'espionnage –forcément bien renseigné.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio