France

Les Affaires européennes, un ministère inutile?

Slate.fr, mis à jour le 30.06.2011 à 12 h 40

les étoiles de l'Europe sur la tour Eiffel en 2008. Photo y.caradec via Flickr CC License by

les étoiles de l'Europe sur la tour Eiffel en 2008. Photo y.caradec via Flickr CC License by

«À quoi sert un ministre chargé des Affaires européennes? À rien. Strictement à rien.» C’est le constat que fait sur son blog Les Coulisses de Bruxelles Jean Quatremer, le journaliste chargé du suivi de l’Europe à Libération, après le remaniement du mercredi 29 juin.

Un ajustement qui est le quatrième sur ce portefeuille depuis le début du quinquennat: après Jean-Pierre Jouyet (mai 2007-décembre 2008), Bruno Le Maire (décembre 2008-juin 2009), Pierre Lellouche (juin 2009-novembre 2010) et Laurent Wauquiez (novembre 2010-juin 2011), place à Jean Leonetti à ce poste «qui n’est plus qu’une variable d’ajustement des remaniements gouvernementaux»:

«Jacques Chirac, lors de son quinquennat, ne sera parvenu qu’à user quatre ministres des Affaires européennes (Renaud Donnedieu de Vabres, Noëlle Lenoir, Claudie Haigneré, Catherine Colonna), ce qui fait vraiment petit joueur.»

«On pourrait nommer un ruminant à ce poste que cela ne ferait guère de différence », ajoute Jean Quatremer, qui explique que la politique européenne de la France est aujourd’hui dans les mains de l’Elysée et du secrétariat général des affaires européennes, qui dépend de Matignon. «Autant dire que la suppression de ce poste ne pourrait que faire du bien aux finances publiques», conclut-il.

En novembre dernier, il se montrait déjà sceptique sur la nomination de Laurent Wauquiez:

«On l’attend avec intérêt et on prend des paris: parviendra-t-il ou voudra-t-il rester jusqu’à la présidentielle de 2012? De toute façon, les partenaires de la France ont compris depuis longtemps que l’Europe se traite à l’Élysée et uniquement à l’Élysée.»

En juin 2009, il avait aussi critiqué la «désinvolture sarkozienne» vis-à-vis de l’Allemagne, après le remplacement du germanophone Bruno Le Maire par Pierre Lellouche.

Les critiques du journaliste de Libération font écho à celles de Christophe Caresche, le vice-président socialiste de la commission des Affaires européennes, qui a déploré mercredi dans un communiqué cité par Europe 1 que «le ministère des Affaires européennes [soit] en passe de devenir la variable d'ajustement des remaniements ministériels […] au moment où l'Europe connaît une crise grave».

De son côté, Challenges s’interroge également sur la nomination de Jean Leonetti, «engagé, après l'affaire Vincent Humbert, dans l'accompagnement en fin de vie —doit-on y voir un clin d'oeil d'une navrante ironie en ces périodes troublées pour la monnaie unique?». Le magazine note que l’Allemagne n’a eu depuis 2005 que deux ministres des Affaires européennes, contre sept pour la France.

En dehors des Affaires européennes, les ministères les plus instables depuis le début du quinquennat ont été le ministère du Travail (occupé par Xavier Bertrand, Brice Hortefeux, Xavier Darcos, Eric Woerth puis à nouveau Xavier Bertrand) et le secrétariat d’Etat aux Anciens combattants (occupé par Alain Marleix, Jean-Marie Bockel, Hubert Falco, Alain-Juppé —en tant que ministre de la Défense— et Marc Laffineur).

Retrouvez ceux qui feront 2012 sur Wikipol.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte