Économie

Une nouvelle récession pour l’année prochaine

Temps de lecture : 2 min

- Un trader regarde le tableau des indices boursiers sur le parquet du New York Stock Exchange REUTERS/Shannon Stapleton -
- Un trader regarde le tableau des indices boursiers sur le parquet du New York Stock Exchange REUTERS/Shannon Stapleton -

L’économie américaine va-t-elle droit au mur? Voilà la question posée par le journaliste Howard Gold à l’économiste qui avait «prévu la crise de 2008», Gary Shilling. Sa réponse, publiée sur le site marketwatch.com est glaçante:

«Je prédis une nouvelle récession pour l’année prochaine.»

Son raisonnement est le suivant: les Etats-Unis ne vont pas s’enfoncer dans la précédente crise, car «cela fait deux ans que la dernière récession est finie», et «il y a trois ans et demi [décembre 2007], le cycle économique était à son pic». Historiquement, les expansions économiques durent à peu près trois ans, notamment pendant de longs cycles de récession («down cycle») comme celui qu’il estime être celui des Etats-Unis depuis 2000.

Conclusion: une nouvelle récession devrait commencer en 2012.

L’article de marketwatch explique pourtant que bien des Américains ne verront pas la différence. Shilling souligne que la plupart des récessions sont suivies par des périodes de forte croissance, ce qui n’a pas été le cas cette fois-ci.

Slate.fr

Newsletters

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Deuxième ressource naturelle la plus utilisée après l'eau, le sable est indispensable à notre développement. Mais aujourd'hui, le matériau s'épuise et devient un facteur de déstabilisation.

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Ils s'imposent depuis des années parce qu'on tente de s'en servir pour remédier aux dysfonctionnements de l'économie.

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

On ne peut plus utiliser les mêmes leviers pour la retraite et le pouvoir d'achat qu'il y a cinquante ans car le profil des Français·es a évolué.

Newsletters