Monde

Iran, Syrie, Turquie, Israël, Etats-Unis: gesticulations militaires en série

Temps de lecture : 2 min

Le Porte-avions USS George H. W. Bush. REUTERS / Jonathan Ernst
Le Porte-avions USS George H. W. Bush. REUTERS / Jonathan Ernst

L'Iran a dévoilé lundi 27 juin l'existence de silos de missiles enterrés qui, selon les Gardiens de la Révolution, la garde prétorienne de la République islamique, permettent à Téhéran de lancer des missiles balistiques, souligne le site Breitbart. La télévision iranienne a montré des images de plusieurs silos profondément enterrés dont l'emplacement reste secret, rapporte le New York Times. Ils abriteraient des missiles Shahab-3 dont la portée est de 2.000 kilomètres.

La technologie de ces missiles provient de Corée du Nord. L'an dernier, le Centre international d'étude stratégiques de Londres (IISS), faisait état de «preuves grandissantes» de l'existence de silos de missiles iraniens pouvant lancer des engins sur l'Irak, Israël et la Turquie.

L'annonce officielle de l'existence de ses silos est le dernier épisode d'une campagne d'intimidation et de préparatifs militaires dans tout le Moyen-Orient qui mettent aux prises depuis plusieurs jours la Turquie, la Syrie, l'Iran, Israël et les Etats-Unis. Ainsi, l'Iran a donné le départ lundi 27 juin d'un grand exercice militaire baptisé «Grand Prophète 6» afin de lancer un message à la Turquie et aux Etats-Unis pour qu'ils n'interviennent pas militairement en Syrie afin de protéger les populations civiles martyrisées par le régime de Bachar el-Assad. Cet exercice est inhabituellement long et doit durer dix jours. Mardi, les Gardiens de la Révolution ont lancé 14 missiles.

Le général commandant les forces aériennes des Gardiens de la Révolution, Amir-Ali Hajizadeh, a été clair dimanche 26 juin sur les intentions iraniennes. Il a expliqué que l'exercice était une réponse «à la présence militaire américaine croissante dans la région». Il a ajouté que les exercices comprendraient des tirs de missiles Saijil et Fateh 110, le premier a une portée de 2.000 kilomètres et peut atteindre des cibles américaines, israéliennes et turques et le second a été fourni en grand nombre à la Syrie et au Hezbollah libanais contre Israël.

Israël a répondu immédiatement à la démonstration de force iranienne en positionnant une de ses batteries de défense anti-missiles Iron Dome dans la ville de Haïfa au nord du pays.

Plus significatif encore de la montée des préparatifs militaires, la semaine dernière les Etats-Unis ont déployé en Méditerranée et dans le Golfe persique deux de leurs plus puissants porte-avions: le USS Enterprise, le plus grand porte-avions au monde, et le USS George H. W. Bush, le plus moderne de la flotte américaine qui est pour la première fois envoyé en mission.

Le groupe naval comprenant le USS George H. W. Bush comprend 9.000 marins et est dirigé par l'Amiral Nora Tyson, la première femme à commander aux Etats-Unis une force navale de cette importance. Dans le même temps, le sous-marin américain nucléaire d'attaque USS Bremerton s'est positionné au large de Bahreïn en face de l'Iran. Là encore, le message adressé à Téhéran est clair: les Etats-Unis n'accepteront pas une intervention militaire iranienne en Syrie ou contre la Turquie ou Israël.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters