Économie

Japon: le coût de la reconstruction menace l'économie

Temps de lecture : 2 min

Wallslide via Flickr
Wallslide via Flickr

Le coût de la reconstruction après le tremblement de terre du 11 mars 2011, sans compter les frais liés à la catastrophe nucléaire de Fukushima, s’élèvera à 16.900 milliards de yen, soit 149 milliards d'euros, nous apprend le Mainichi Daily News.

L’estimation a été calculée à partir des informations fournies par les ministères concernés et les neuf préfectures affectées par la catastrophe naturelle. Cette somme représente environ 1,8 fois celle dépensée à la suite du tremblement de terre de Kobe en 1995.

Si l’on ajoute à cela l'argent dépensé à Fukushima, pour l’instant difficile à évaluer puisque la crise continue, le coût devient tel qu’il menace l’avenir économique et l’équilibre fiscal du pays.

La majeure partie du montant, 91 milliards d’euros, servira à reconstruire les bâtiments, maisons individuelles, bureaux et surfaces commerciales. Les infrastructures, telles que les routes et les ports, couteront 17,5 milliards.

D’autre part, le gouvernement japonais a décidé d’augmenter les primes des militaires déployés dans les zones dévastées, notamment dans le secteur contaminé de Fukushima où l’indemnité journalière est passée de 28,50 à 368 euros.

Slate.fr

Newsletters

La croissance économique n'augmente pas forcément le bien-être

La croissance économique n'augmente pas forcément le bien-être

Un rapport statistique montre qu'il existe des divergences entre les pays étudiés.

Votre portefeuille peut continuer à préférer le train

Votre portefeuille peut continuer à préférer le train

Nous avons comparé: pour une même période, l'avion reste plus onéreux que le train. Il pollue surtout cinquante fois plus.

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les stars du ballon rond et les grands patrons gagnent presque les même salaires. Il est pourtant mieux vu de toucher 100 millions d'euros par an quand on est footballeur que quand on est PDG.

Newsletters