Monde

L'appli «Troisième Intifada» supprimée

Slate.fr, mis à jour le 23.06.2011 à 12 h 00

Capture de la page Facebook Third Palestinian Intifada/

Capture de la page Facebook Third Palestinian Intifada/

Depuis plusieurs mois, le spectre d’une troisième intifada palestinienne est relayé par les réseaux sociaux [@ThirdIntifada par exemple]. Elle aurait dû commencer le jour des commémorations de la Nakba (la «catastrophe» palestinienne, jour de l’indépendance d’Israël et d’exil de centaine de milliers de Palestiniens, le 15 mai 1948).

Une application iPhone «The Third Palestinian Intifada» a même vu le jour mais vient d'être supprimée, apprend-on sur reuters.com le 23 juin.

Une «violation» du «guide du développeur»

Le ministre israélien des Affaires Publiques et de la diaspora, Yuli Edelstein, avait envoyé une lettre à Steve Jobs, le fondateur d’Apple, le 21 juin pour lui demander de supprimer l’appli iPhone. Cette application gratuite constitue selon lui, une «incitation à la violence», rapporte le journal Haaretz. Selon la radio militaire israélienne, cette appli permet d’avertir les utilisateurs des événements à venir en Palestine, de diffuser les articles critiques envers Israël et de véhiculer des images de martyrs [PDF] (qui rappelons-le sont à la fois les résistants palestiniens morts dans la lutte, mais aussi les civils décédés dans le contexte de ce conflit). En langue arabe, elle a été créée le 15 juin par une compagnie basée à Dubaï.  

Un porte-parole d’Apple a déclaré dans un communiqué rapporté par le site internet ynetnews:

«Nous avons retiré cette application de l’App Store car elle viole le guide du développeur en étant offensif vis-à-vis d’un large groupe de personnes.»

Un phénomène plus large: une guerre d'information et de désinformation

Yuli Edelstein avait déjà fait pression (avec succès) fin mars pour faire supprimer une page Facebook intitulée également «The Third Palestinian Intifada», incitant à un soulèvement contre Israël. La page Facebook, qui appelait à une manifestation pacifique (mais dont certains commentaires appelaient à la violence) avait alors recueilli plus de 300.000 fans au cours du mois de mars. Depuis, de nouvelles pages du même nom ont été créées: (en arabe [ici] et en anglais [ici]).

Cependant, comme le rappelle Gilles Paris (journaliste au Monde) dans son blog Guerre ou Paix, les autorités israéliennes n’avaient pas réagi en septembre 2010 au lancement d’une application par l’organisation pacifique israélienne Peace Now… qui consistait à suivre l’état de la colonisation dans les territoires palestiniens. [La carte interactive est ici]

Cette polémique s'inscrit dans un contexte plus large. Etienne Augé expliquait, par exemple, dans une tribune publiée sur slate.fr le 21 juin:

« En plus de stratégies militaires, Israël doit, pour continuer à exister, élaborer une stratégie médiatique efficace et globale.»

Pour cela, Israël imite les méthodes arabes et devrait bientôt lancer sa propre chaîne d'informations internationale, sa propre «al-Jazeera».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte