Life

Pourquoi être un homme est dangereux pour la santé

Slate.fr, mis à jour le 22.06.2011 à 14 h 30

Sick / Claus Rebler via Flickr CC Licence By

Sick / Claus Rebler via Flickr CC Licence By

Les hommes ont davantage tendance à se suicider. Et meurent plus tôt que les femmes. Cependant, pour Alan White, professeur de santé des hommes à l’université anglaise Leeds Metropolitan, interrogé par NewScientist, cette tendance pourrait être évitée.

Selon lui, la vulnérabilité des hommes n’est pas seulement physiologique. Elle est aussi influencée par le fait qu’on a une certaine hygiène de vie, qu’on appréhende les risques et qu’on réagit face aux maladies de manière différente en fonction de notre sexe:

«Depuis la naissance, il y a différents processus de socialisation en jeu, qui influencent la manière dont les filles et les garçons vont grandir. Cela affecte la prise de risque, la conscience de la nourriture et de la santé, les perceptions du poids, notre santé mentale et sexuelle. La manière dont les hommes et les femmes utilisent les services de santé, la manière dont ces services nous soignent... tout cela est sexuellement discriminatoire, et a une influence énorme sur la manière dont on gère notre santé et notre bien-être.»

Pour Alan White, le problème vient aussi du fait que les hommes ont moins tendance à accepter d’être malades psychologiquement:

«Lorsqu’ils rencontrent une difficulté, ils vont plus avoir tendance à se replier sur eux-même, à être irritables, à fumer ou à boire. Or ils ne voient pas cela comme un signe de problème de santé mentale. Ils ont juste l’impression d’agir comme “un homme”.»

Toutefois, pour le professeur, les femmes pâtissent aussi de cette manière d’appréhender les maladies en fonction du sexe. Lors d’une conférence en 2003, il pointait l’exemple de l’idée préconçue selon laquelle les maladies cardio-vasculaires sont majoritairement contractées par des hommes. Selon lui, cette hypothèse, largement acceptée par l’opinion publique et par les professionnels de la santé, empêche parfois les femmes de bénéficier d'un bon diagnostique et d'un bon traitement.

Un problème également pointé par l’OMS en novembre 2009, pour qui, au contraire, les femmes sont plus vulnérables aux maladies que les hommes en raison des inégalités sociales:

«Les femmes présentent souvent des symptômes différents des hommes, ce qui contribue au fait que les maladies du cœur sont moins diagnostiquées chez les femmes.»

Une étude de chercheurs de l’université du Michigan, en 2002, réalisée dans plus de 20 pays, démontrait déjà qu’être un homme était bien plus dangereux qu’être une femme. Selon cette étude, les hommes prennent beaucoup plus de risques que les femmes et donc sont plus susceptibles de mourir de tout, que ce soit d’une maladie du coeur ou en étant assassiné.

Historiquement, les hommes ont toujours pris plus de risques que les femmes, mais cette tendance a augmenté considérablement depuis les années 1940, ont constaté ces chercheurs. Selon eux, certaines innovations technologiques comme les armes à feu et les voitures plus rapides ont aussi contribué à la vulnérabilité des hommes.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte