Monde

Vers une procédure de destitution d'Ahmadinejad?

Slate.fr, mis à jour le 22.06.2011 à 12 h 34

Iran Bombed / AZRainman via Flickr by LicenceCC

Iran Bombed / AZRainman via Flickr by LicenceCC

La bataille pour le pouvoir en Iran, entre d'un côté le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad et de l'autre le Leader suprême de la République islamique, l'Ayatollah Ali Khamenei, devient de plus en plus âpre.

Et elle tourne en défaveur du Président, accusé d'avoir voulu mettre à l'écart les religieux et d'avoir voulu instituer un pouvoir personnel. Le Parlement iranien, dont une large majorité est acquise à Khamenei, se dirige même, selon le Guardian, vers le lancement d'une procédure de destitution à l'encontre de Mahmoud Ahmadinejad.

D'ores et déjà, une autre procédure de destitution a été lancée cette fois contre le ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi. On lui reproche d'avoir choisi Mohammad Sharif Malekzadeh, qui ferait partie du complot mené par Ahmadinejad contre les religieux, comme adjoint. Ali Akbar Salehi a été contraint de démissionner et ne sera pas resté en poste plus de trois jours.

Mais la cible principale des partisans de l'Ayatollah Khamenei est le chef de cabinet du Président iranien, Esfandiar Rahim Mashaei. Il est accusé à la fois d'avoir trop d'influence sur Ahmadinejad et de chercher par tous les moyens à mettre au pas les religieux.

Selon Ali Motahari, un député qui s'est exprimé sur le site Khabaronline, une procédure de destitution de Mahmoud Ahmadinejad sera lancée dans les dix jours. «Lors d'une réunion avec les parlementaires religieux, nous avons décidé de lancé une motion de destitution du président dans les 10 jours».

L'Ayatollah Ali Khamenei a remporté une première victoire contre Ahmadinejad en annulant publiquement la décision du Président de limoger le ministre des Renseignements. Un peu plus tard, la décision de Mahmoud Ahmadinejad d'occuper lui-même le poste de ministre du Pétrole a été jugée illégale par la Cour constitutionnelle du pays. Enfin en mai, un autre proche d'Ahmadinejad, Hamid Baghai, a été accusé de malversations et interdit d'occuper une fonction officielle pendant quatre ans.

Malekzadeh, Baghai et Mashaei ont tous trois travaillé pour l'Organisation pour l'héritage culturel et le tourisme qui est considérée comme le bastion des proches d'Ahmadinejad à qui on reproche d'avoir des vues déviantes sur l'islam et la place de l'Iran dans le monde.

Dernière illustration des menaces pesant sur le Président iranien, les déclarations à l'agence de presse semi-officielle Mehr News de Mojatba Zolnour, le représentant de l'Ayatollah Khamenei auprès des Gardiens de la Révolution, la garde prétorienne du régime: «Certaines personnes expliquent que si nous séparons Ahmadinejad de Mashaei, tout va rentrer dans l'ordre. Il est impossible de séparer Ahmadinejad de Mashaei…»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte