Monde

Le chef de la Royal Air Force inquiet pour la suite des opérations en Libye

Slate.fr, mis à jour le 21.06.2011 à 19 h 00

MSgt. Lance Cheung, USAF, via Wikimedia Commons

MSgt. Lance Cheung, USAF, via Wikimedia Commons

Le général de la Royal Air Force (RAF), Simon Bryant, a fait part aux parlementaires britanniques de son inquiétude sur les capacités des forces aériennes à maintenir le rythme actuel des opérations en Libye, rapporte le Telegraph.

Dans un document révélé lundi 20 juin, l'Air chief marshal constate que les missions menées en Libye mobilisent des ressources «immenses» et pèsent sur le moral des militaires même si «l'esprit de combat reste positif». Selon lui, certains secteurs de la RAF atteignent même le seuil de la «surchauffe». Si l’opération se poursuit «au-delà des prévisions initiales, les capacités offensives vont probablement s’éroder», prévient-il. 

La RAF est engagée parallèlement en Afghanistan, d’où des difficultés à mener «deux opérations concomitantes» qui demandent chacune «un gros investissement en équipement et personnel».

Les coupes budgétaires, les milliers de postes supprimés et le gel des salaires entament le moral des troupes. En accord avec la politique d'austérité conduite par le gouvernement, il est prévu que la RAF se décharge de 15% de son personnel sur les trois prochaines années.

Le haut-gradé britannique cite l’exemple des militaires de la RAF affectés au renseignement cumulant déjà six détachements de six mois chacun sur neuf ans, alors que ce secteur devra bientôt faire l'économie de la moitié de son personnel. Il pointe aussi du doigt les difficultés à recruter dans ce contexte, avec de nombreuses spécialités en sous-effectif, jusqu’à 25% pour certaines d’entre elles.

Ces déclarations interviennent quelques jours après celles d’autres dignitaires britanniques. L'amiral Mark Stanhope, commandant la Royal Navy, déclarait la semaine dernière que les opérations n'étaient «pas tenables» au rythme actuel. Dimanche 19 janvier, c’est le ministre du budget britannique Danny Alexander qui reconnaissait que le budget initialement prévu allait être largement dépassé.

En France, l'amiral Pierre-François Forissier, commandant la Marine nationale, a récemment mis l’accent sur les contraintes liées à la «régénération» des équipements et des hommes, nous apprend Le Monde. Dans le cas où l'opération libyenne durerait jusqu'à la fin 2011, il faudrait alors se passer de l'unique porte-avions français en 2012.

 

 

Il est prévu que la RAF perde 15% de son personnel sur les trois prochaines années.

Risque de ne pas avoir assez de pilotes et de personnel au sol 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte