Culture

Un Pulitzer pour The Onion!

Slate.fr, mis à jour le 20.06.2011 à 16 h 19

une Une parodique de The Onion sur l'assassinat de John Kennedy: «Kennedy tué par la CIA, la mafia, Castro, Lyndon Johnston, les routiers, les francs-maçons. On a tiré sur le président 129 fois de 43 angles différents».

une Une parodique de The Onion sur l'assassinat de John Kennedy: «Kennedy tué par la CIA, la mafia, Castro, Lyndon Johnston, les routiers, les francs-maçons. On a tiré sur le président 129 fois de 43 angles différents».

Et si les Etats-Unis attribuaient leur plus prestigieux prix en journalisme à un média qui n’écrit que des informations fausses? Une fausse association baptisée Americans for Fairness in Awarding Journalism Prizes («les Américains pour la justice dans l’attribution des prix en journalisme») s’amuse depuis quelques jours à mener une campagne sur Internet pour l’attribution du prix Pulitzer à The Onion, un journal satirique disponible sur papier et en ligne, qui fête ce 20 juin son numéro 1000.

Fondé en 1988 à l’université du Wisconsin, The Onion était au départ une publication papier étudiante et s’est depuis étendu sur le web, où il revendique 7,5 millions de visiteurs uniques par mois. Tous les jours, il publie une série d’articles totalement inventés ou racontant sous un angle satirique un événement d’actualité, dans un style très sérieux et «journalistique».

Le 5 novembre 2008, le site avait par exemple relaté l’élection de Barack Obama sous le titre «Black Man Given Nation’s Worst Job» («Un Noir écope du pire boulot du pays»):

«WASHINGTON – L’afro-américain Barack Obama, 47 ans, s’est vu confier le boulot le moins convoité du pays tout entier mardi en étant élu président des Etats-Unis d’Amérique. […] Cet homme noir se voit notamment confier la tâche de passer quatre à huit ans à nettoyer le désordre que d’autres gens ont laissé derrière eux. Cet emploi est soumis à une surveillance si intense et la garantie d’y échouer est tellement certaine qu’une seule autre personne a pris la peine de candidater.»

 Il y a trois semaines, le site délirait dans un long article sur le destin du corps de Oussama ben Laden:

«NEW YORK – A peine quelques semaines après que son corps a été immergé en mer, Oussama Ben Laden a émergé des profondeurs tôt ce matin, atteignant la taille monstrueuse de 150 mètres et cinglant à toute allure vers la côte Est des Etats-Unis dans une attaque qui devrait faire des centaines de milliers de victimes et éclipser facilement le 11-Septembre comme pire attaque terroriste de l’histoire des Etats-Unis.»

Symbole de son efficacité, beaucoup de gens croient en la véracité de ses articles, comme le prouve ce blog ou cette collection de réactions amassées sur Facebook après un papier qui affirmait que le Planning familial allait créer un «Abortionplex», un centre géant uniquement consacré aux avortements.

Interrogé récemment lors d’une conférence organisée par le site Fast Company, le directeur des contenus numériques de The Onion, Baratunde Thurston, expliquait l’attrait exercé par son site et se montrait relativement optimiste sur sa complémentarité avec les médias traditionnels:

«Je pense que les gens se tournent vers nous en partie parce que l’information traditionnelle est devenue tellement absurde qu’il est souvent difficile de dire la différence. […] Je ne pense pas que les gens s’informent chez nous —ils y cherchent notre vision de l’information, ce qui a un sens seulement si vous savez un minimum ce qui se passe dans le monde.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte