Economie

L'Arabie saoudite consomme trop de pétrole

Slate.fr, mis à jour le 20.06.2011 à 14 h 21

NatalieMaynor via Flickr

NatalieMaynor via Flickr

Si l’augmentation de la consommation en pétrole de l’Arabie saoudite continue au rythme actuel, le royaume ne pourra plus subvenir à ses propres besoins en or noir, rapporte le site d’information de Dubaï Emirates 24/7.

Selon un rapport de la Société saoudienne d’électricité (SEC), l’Arabie saoudite consomme déjà plus d'un tiers de sa production pétrolière à des fins domestiques, principalement pour alimenter ses centrales électriques, et le rythme ne cesse de s’accélèrer. Abdul Salam Alyamani, un responsable de la société d’Etat, explique:

«Ces taux élevés de croissance de la consommation représente un défi majeur à long terme pour l'Arabie saoudite puisque 80% des revenus du pays proviennent de l'exportation du pétrole.»

Le rapport propose de diminuer la consommation électrique en interdisant l’ouverture des magasins l’après-midi jusqu’à 19 heures et en limitant les horaires de travail dans le secteur public à la tranche 6 heures-midi durant l’été. De telles dispositions permettraient de réduire d’intensité l’usage de la climatisation, un équipement indispensable sous ces latitudes mais très gourmand en énergie.

Riyad cherche aussi à diversifier sa production énergétique. Le gouvernement investit massivement dans le secteur solaire, notamment dans un projet de réseau électrique partagé avec les Emirats Arabes Unis, le Koweït, le Qatar, Bahreïn et Oman.

Le pays prévoit aussi de s’engager dans le nucléaire civil avec le projet de construction de 16 réacteurs sur 20 ans pour un coût estimé à 300 milliards de dollars. Plusieurs pétromonarchies de la région cherchent aussi à développer ce genre de programme.

Selon BBC News, les Emirats Arabes Unis ont choisi en 2009 de s’associer à un consortium sud-coréen pour construire leurs réacteurs nucléaires, laissant de côté les autres compétiteurs, un industriel japonais et le français Areva. L’entrée en fonction progressive devrait intervenir dès 2017.

En attendant, pour parer à l’urgence, l’Arabie saoudite s’apprête à augmenter sa production journalière à 12 millions de barils et envisage d’atteindre les 15 millions dans les années à venir. Pour y parvenir, elle accélère le développement d'un gisement géant à Manifa dans les eaux du golfe, relève RFI. Avec pour objectif de le faire entrer en production en 2014, avec dix ans d'avance sur le projet initial.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte