Monde

La vie mystérieuse et si privée de Vladimir Poutine

Slate.fr, mis à jour le 17.06.2011 à 18 h 53

Presidential Press and Information Office, via Wikimedia Commons

Presidential Press and Information Office, via Wikimedia Commons

Pendant que les Français se passionnent pour l’affaire DSK, les Italiens pour les frasques de Silvio Berlusconi et les Américains pour celles d’Anthony Weiner, les Russes se demandent encore si Vladimir Poutine est toujours marié, nous apprend le magazine Time.

Les Russes ne connaissent même pas le visage des filles de celui qui fut leur président durant plus de huit ans et occupe actuellement le poste de Premier ministre. Aucune photo prise à l’âge adulte de Maria, née en 1985, et de Yekaterina, née en 1986, n’a été authentifiée.

Pour la presse russe, en majorité sous contrôle de l’Etat, pas question d’aller fouiller dans la vie privée des personnalités au pouvoir. En avril 2008, le journal Moskovsky Korrespondent, publia un article selon lequel Vladimir Poutine avait quitté sa femme Lyudmila pour se marier avec une championne de gymnastique âgée de 24 ans.

Interrogé peu après sur ces allégations, Vladimir Poutine avait alors dénoncé ceux qui, avec leurs «fantasmes érotiques», viennent «mettre leur nez morveux dans la vie de quelqu’un», rapporte Reuters. Silvio Berlusconi, qui se trouvait à ses côtés lors de la conférence de presse avait alors mimé un tir de mitraillette en direction du journaliste russe. Tout un symbole…  

Le pouvoir de contrôle de l’Etat russe a toutefois ses limites. Il n’a pas encore réussi à contrecarrer «l’armée de blogueurs iconoclastes» qui n’hésitent pas à combler le vide médiatique autour de la vie privée de Poutine avec des déclarations largement reprises sur Internet. En 2010 par exemple, la blogueuse Pavel Pritula avait déclaré en deux phrases que Poutine avait envoyé sa femme vivre dans un monastère dans la région de Pskov, en référence à la fâcheuse habitude que partageaient Ivan le Terrible et Pierre le Grand. L’Eglise orthodoxe russe avait alors dû officiellement démentir.

Mais l’effet boule de neige fonctionna et cette histoire fait encore aujourd’hui partie du «folklore Poutine». Le Time Magazine s’est rendu à Pskov pour vérifier l’information, mais impossible de rentrer dans le monastère d’Elizarova protégé par agents de sécurité. Pour les gens vivant autour, un lieu aussi isolé n’aurait pas eu droit à une rénovation de plusieurs millions de dollars sans raison valable. Un leader syndical l’affirme : «Elle vit ici, c’est 100% sûr.»

Vladimir Poutine contrôle la presse de son pays, mais ne peut rien contre celle de l'étranger. Selon le Telegraph, le journal coréen anglophone JoongAng Daily affirmait en octobre 2010 que la plus jeune fille de Poutine, Yekaterina, allait se marier prochainement avec le fils d'un amiral coréen. L'information a été rapidement démentie par voie officielle russe.

L’idée occidentale selon laquelle le peuple a le droit de savoir n’est pas particulièrement répandue en Russie. Aucun équivalent du Freedom of Information Act américain sur la transparence de l’Etat. Au contraire, tout est verrouillé comme à l’époque des tsars ou de l’Union soviétique. Le chef d’Etat doit être fort et rester «au-dessus des masses», telle est la conception russe du pouvoir.  

La situation semble quelque peu évoluer ces derniers temps. En février 2011 par exemple, Vladimir Poutine a vaguement fait allusion à ses filles en disant qu’elles menaient «une vie ordinaire» et qu’il en était «très heureux».

En octobre 2010, le Premier ministre russe a même organisé ce qui ressemble à une opération de communication pour couper court aux rumeurs de divorce. Il s’est ainsi présenté devant les caméras au moment du recensement national, et sa femme a déclaré publiquement au recenseur «je suis sa femme». Mais tout le monde aura noté qu’elle ne portait pas d’alliance…

 

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte