France

DSK avait invoqué l'immunité diplomatique lors de son arrestation

Slate.fr, mis à jour le 17.06.2011 à 11 h 50

Cour Suprême de l'Etat de New York, le 19 mai. REUTERS/Richard Drew/Pool

Cour Suprême de l'Etat de New York, le 19 mai. REUTERS/Richard Drew/Pool

Selon un compte-rendu publié jeudi 16 juin par le bureau du procureur du comté de New York, DSK aurait invoqué l'immunité diplomatique lors de son arrestation à New York le 14 mai, avant de se raviser, rapporte lemonde.fr.

Vers 17h, DSK est menotté dans une partie de l’aéroport JFK  réservée à la police. «Est-ce bien nécessaire?», s’insurge l’ancien directeur du FMI. Un policier lui répond: «Oui, c’est nécessaire», ce à quoi DSK lui aurait rétorqué: «J’ai l’immunité diplomatique.» Lorsque les enquêteurs lui réclament son passeport, il aurait expliqué en avoir un deuxième, et demandé à parler avec le Consulat français.  

Vers 21h, au commissariat de Harlem, le prévenu demande s’il a besoin d’un avocat. Miguel Rivera, de l’unité spéciale des victimes de Manhattan, lui explique qu’il en a le droit, et ajoute: «Je ne sais pas si vous bénéficiez d’un statut diplomatique particulier». DSK rétorque: «Non, non, non, je n’essaie pas d’utiliser ça. Je veux juste savoir si j’ai besoin d’un avocat.»

» Tous les détails de l'arrestation, dans le document PDF publié par le bureau du procureur

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte