Économie

Survivre à l'Apocalypse en low cost

Temps de lecture : 2 min

Castle Romeo Explosion - March 1954, U.S Government via Flickr
Castle Romeo Explosion - March 1954, U.S Government via Flickr

Une société américaine qui vend habituellement des places dans des bunkers de luxe a décidé d’étendre son offre au «low cost» en proposant une «classe économique» à 9.950 dollars par personne (6.952 euros), apprend-on sur CNNMoney.

L’entreprise Vivos, créée il y a peine deux ans, ne proposait jusqu’alors que des prestations de luxe à partir de 25.000 dollars permettant de survivre confortablement à l'Apocalypse. Mais depuis le 11 mars 2011, date du terrible tremblement de terre au Japon, les demandes de réservation ont bondi de 1.000%. Une nouvelle clientèle s'est présentée en demandant une alternative moins onéreuse que celle proposée.

Vivos a donc décidé de modifier les plans de l'un de leurs luxueux bunkers pour en faire une version bon marché, en plaçant quatre lits dans une chambre prévue pour un seul et en réduisant la durée de service à six mois. Aujourd'hui, la «communauté Vivos» compte plus de 10.000 adhérents.

L'abri collectif est capable de résister à l’explosion d’une bombe de 20 mégatonnes dans un rayon de 10 km. Réserver sa place nécessite le versement d’un acompte de 2.500 dollars. «De quel côté de la porte voulez-vous être» le jour de la fin du monde? C'est la question que nous pose à tous le PDG de la société, Robert Vicino.

Newsletters

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio