France

Dix députés de droite ont voté pour le mariage gay

Temps de lecture : 2 min

L'Assemblée nationale, le 15 mars 2011. REUTERS/Charles Platiau.
L'Assemblée nationale, le 15 mars 2011. REUTERS/Charles Platiau.

L’Assemblée nationale a rejeté, mardi 14 juin, la proposition de loi du groupe socialiste visant à «ouvrir le mariage aux couples de même sexe» par 293 voix contre 222. Elle publie comme d’habitude sur son site le détail des votes, repris par ailleurs sur le site du magazine Têtu sous le titre «Le mariage des homos rejeté: qu’a voté votre député?».

On peut donc se rendre compte que dix députés de droite et du centre ont voté pour le texte, dont Jean-Louis Borloo, son proche Laurent Hénart, le député de Seine-Saint-Denis Jean-Christophe Lagarde ou encore Franck Riester, rapporteur de la loi Hadopi. Neuf députés UMP se sont abstenus, dont Christian Estrosi, et cette attitude a également été celle de François Bayrou pour le MoDem.

A l’opposé, du côté des deux groupes de gauche, tous les députés ont voté le texte à l’exception de quatre qui se sont abstenus: Alain Bocquet, Jacques Desallangre, Apeleto Albert Likuvalu et Jeanny Marc.

Retrouvez ceux qui feront 2012 sur Wikipol.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters