Monde

Une autre blogueuse lesbienne avoue être un homme hétérosexuel

Slate.fr, mis à jour le 14.06.2011 à 18 h 40

capture d'écran du blog Lez Get Real

capture d'écran du blog Lez Get Real

Un jour après la révélation selon laquelle une blogueuse syrienne lesbienne était en fait un étudiant américain, une autre blogueuse gay a été démasquée, rapporte The Guardian. Paula Brooks, rédactrice en chef du blog gay Lez Get Real, est en fait Bill Graber, un retraité militaire américain de 58 ans et ouvrier vivant dans l’Ohio, aux États-Unis (voir sa photo ici).

Ce sont les journalistes du Washington Post qui ont fait cette découverte, alors qu’ils enquêtaient justement sur une autre fausse blogueuse: depuis février 2011, une dénommée Amina Arraf postait des billets sur sa vie en tant que femme lesbienne en Syrie, sur son blog  «Une fille gay à Damas».

Le blog commençait à gagner en notoriété, lorsque le 6 juin, sa «cousine» annonçait sur son blog qu'Amina avait été enlevée. Lorsque l'ambassade américaine a voulu vérifier ces affirmations –Amina affirmait avoir la double nationalité américaine et syrienne–, plusieurs médias et blogueurs ont fini par découvrir à l'aide de photographies et d'adresses IP sa véritable identité: Tom MacCaster, un étudiant américain vivant en Écosse.

Or, les blogueurs ont aussi découvert qu'une certaine Amina Arraf avait commencé à écrire sur Lez Get Real, avant de fonder son propre blog.

Les reporters du Washington Post ont donc tenté d’interviewer Paula Brooks, rédactrice en chef de Lez Get Real. Mais c’est son «père» qui a répondu aux enquêteurs, expliquant que sa fille était sourde. Après plusieurs conversations téléphoniques, Bill Graber a avoué:

«Je suis Paula Brook.»

Le retraité militaire avait montré auparavant une photo du permis de conduire de Paula Brooks. En fait, il s’agissait du permis de conduire de sa femme. Elle ne se doutait pas que depuis 2008, il utilisait son nom sur Internet.

Bill Graber affirme être de bonne volonté. Selon lui, il a commencé à rédiger ce blog après avoir été témoin de discriminations sexuelles envers des amies proches lesbiennes. «Je n’ai pas commencé avec mon vrai nom parce que je pensais que les gens ne me prendraient pas au sérieux, vu que je suis un homme hétéro.»  Selon lui, le fait que la fausse blogueuse syrienne ait écrit sur son blog n’est qu’une pure coïncidence.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte