Monde

Des milliards de dollars disparus mystérieusement en Irak

Temps de lecture : 2 min

Phat Wad. Refracted Moments via Flickr CC License by
Phat Wad. Refracted Moments via Flickr CC License by

Suite à l’invasion de l’Irak en 2003, des transferts d’argent en espèces ont été effectué par les Etats-Unis pour permettre la reconstruction, mais une partie de la somme a disparu, selon le Los Angeles Times. Plusieurs avions-cargo avaient transporté 2,4 milliards de dollars (1,67 milliards d'euros) en billets de 100 dollars qui ont ensuite été stockés sur le territoire irakien, mais plusieurs milliards ont disparu.

Le Los Angeles Times vient d'énoncer le chiffre de 6,6 milliards de dollars, soit l’équivalent de trois avions-cargo. Auparavant, il avait été question de 20 milliards de dollars, de 12 milliards ou encore de 8 milliards en 2004. Toujours est-il que le montant, autant que l'histoire réelle de cet argent disparu, sont encore très flous.

Cet argent était à l'origine destiné à restaurer les services gouvernementaux irakiens et à redresser l’économie du pays. Il provenait des ventes de pétrole irakien dans le cadre du programme «pétrole contre nourriture» mis en place par les Nations Unies. L’argent devait alors aller dans les caisses du fonds de développement pour l’Irak qui a été créé par la Banque de réserve fédérale de New York lorsque le régime de Saddam Hussein était paralysé par des sanctions économiques et commerciales.

Les responsables américains avaient alors stocké ces fonds dans le sous-sol de l’un des anciens palais de Hussein et dans les bases militaires américaines pour ensuite les distribuer aux ministères irakiens.

Malgré des années d’enquêtes et de vérifications, les responsables de la Défense américaine ne peuvent toujours pas expliquer où est passé cet argent. CBS News a évoqué par le passé la fraude, le gaspillage ou les profiteurs de guerre, dans un pays alors dévasté, où les banques n'existaient plus et la traçabilité financière était impossible. Précédemment, il avait été dit que cet argent avait été égaré suite à une erreur de comptabilité. Mais pour la première fois, l’hypothèse d’un vol est soulevée par le gouvernement fédéral: Stuart Bowen, l’inspecteur général spécial pour la reconstruction en Irak, a déclaré au Los Angeles Times qu’il s’agirait peut-être du «plus grand vol de fonds de l’histoire du pays».

Ce contentieux constitue aujourd’hui une ombre sur les relations de Washington avec Bagdad, les responsables irakiens menaçant d’aller en justice pour récupérer cet argent. Ils affirment en effet que le gouvernement américain s’était engagé à protéger ces fonds dans un accord juridique datant de 2004 et tiennent donc Washington pour responsable.

Newsletters

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Les mineurs demandeurs d'asile ont des entretiens obligatoires avec des psychologues, mais les détails de ces conversations ont déjà été utilisées par l'agence de contrôle de l'immigration.

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Newsletters