Monde

Mexique: un pacte civil contre la guerre contre le narcotrafic

Temps de lecture : 2 min

L'armée mexicaine/Iker Merodio via FlickR CC Licence By
L'armée mexicaine/Iker Merodio via FlickR CC Licence By

Un pacte civil contre la violence de la guerre entre les narcotrafiquants et les autorités doit être signé aujourd’hui dans la ville la plus dangereuse du Mexique, Ciudad Juarez, au nord du pays, rapporte l’agence EFE.

Depuis le samedi 4 juin, une «caravane de l’espoir» composée de 450 à 600 personnes traverse le Mexique dans une vingtaine d’autobus afin de demander au gouvernement de faire justice aux victimes des affrontements liés au narcotrafic et de changer son «plan officiel contre le trafic de drogues».

Ces manifestants sont menés par le poète Javier Sicilia, dont le fils a été tué en mars dernier. Celui-ci a été accueilli par Luz Maria Davila, célèbre «mère courage» au Mexique, connue pour avoir interrompu le Président mexicain Felipe Calderon pour lui demander justice pendant un meeting politique à Ciudad Juarez. Ses deux enfants faisaient partie des quatorze jeunes abattus par une fusillade dans la ville l’année dernière, rappelle l’AFP.

Depuis 2010, plus de 3.100 morts liées au narcotrafic ont été comptées rien qu’à Ciudad Juarez. Samedi, la caravane passera la frontière américaine pour demander à Washington de repenser la stratégie anti-drogues qu’elle demande aux pays d’Amérique Latine.

Slate.fr

Newsletters

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Le célèbre frère dominicain Frei Betto, qui a contribué à la création du Parti des travailleurs de Lula, regarde, sidéré, le Brésil «basculer dans la dictature».

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

L'un des buts avoués de la légalisation est de couper l'herbe sous le pied du marché noir. Mais la tâche s'annonce plus compliquée qu'on pourrait le croire.

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

Malgré ses revers militaires, l'EI est parvenu à trouver de nouvelles sources de revenus, et l'Occident refuse de voir la réalité en face.

Newsletters