Monde

Berlusconi, l’homme qui a «baisé tout un pays»

Slate.fr, mis à jour le 10.06.2011 à 17 h 54

Silvio Berlusconi  2008, Ricardo Stuckert/PR, wikimedia. -

Silvio Berlusconi 2008, Ricardo Stuckert/PR, wikimedia. -

Après s’être attaqués à Nicolas Sarkozy «le président qui rétrécissait», The Economist s’en prend à Silvio Berlusconi. L’hebdomadaire britannique affirme qu’Il Cavaliere a «baisé» l’Italie, sur la couverture de son édition européenne de la semaine du 9 juin.

Ayant «largement ignoré» les soirées Bunga-Bunga et le scandale Ruby «car ils n’avaient pas d’impact sur la performance de M. Berlusconi en tant que président», The Economist n’en pensait pas moins. Aujourd’hui, alors que l’ère Berlusconi semble toucher à sa fin, l'hebdomadaire dresse un bilan peu glorieux de ses années au pouvoir.

C’est surtout la situation économique du pays que les journalistes mettent en cause: bien que la crise n’ait pas ébranlé Rome autant que d’autres villes européennes, l’Italie souffre d'une «maladie chronique»: le magazine souligne qu’entre 2000 et 2010, seuls Haïti et le Zimbabwe ont eu une croissance du PIB par habitant inférieure à celle de l’Italie.

De quoi inquiéter le pays: si le Portugal, l’Espagne et la Grèce se révoltent contre la précarité, cela pourrait donner un coup de fouet à leur économie sur le long terme, conclut l’édito. L’Italie risque d’être, au final, le «mauvais élève de l’euro».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte