Monde

Berlusconi, l’homme qui a «baisé tout un pays»

Temps de lecture : 2 min

Silvio Berlusconi  2008, Ricardo Stuckert/PR, wikimedia. -
Silvio Berlusconi 2008, Ricardo Stuckert/PR, wikimedia. -

Après s’être attaqués à Nicolas Sarkozy «le président qui rétrécissait», The Economist s’en prend à Silvio Berlusconi. L’hebdomadaire britannique affirme qu’Il Cavaliere a «baisé» l’Italie, sur la couverture de son édition européenne de la semaine du 9 juin.

Ayant «largement ignoré» les soirées Bunga-Bunga et le scandale Ruby «car ils n’avaient pas d’impact sur la performance de M. Berlusconi en tant que président», The Economist n’en pensait pas moins. Aujourd’hui, alors que l’ère Berlusconi semble toucher à sa fin, l'hebdomadaire dresse un bilan peu glorieux de ses années au pouvoir.

C’est surtout la situation économique du pays que les journalistes mettent en cause: bien que la crise n’ait pas ébranlé Rome autant que d’autres villes européennes, l’Italie souffre d'une «maladie chronique»: le magazine souligne qu’entre 2000 et 2010, seuls Haïti et le Zimbabwe ont eu une croissance du PIB par habitant inférieure à celle de l’Italie.

De quoi inquiéter le pays: si le Portugal, l’Espagne et la Grèce se révoltent contre la précarité, cela pourrait donner un coup de fouet à leur économie sur le long terme, conclut l’édito. L’Italie risque d’être, au final, le «mauvais élève de l’euro».

Slate.fr

Newsletters

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

Des marches de contestation sont prévues ce samedi dans plusieurs villes croates.

La Chine a interdit l'exportation de vêtements noirs vers Hong Kong

La Chine a interdit l'exportation de vêtements noirs vers Hong Kong

De nombreux manifestants de l'ancienne colonie britannique arborent cette couleur pour protester contre le régime de Pékin.

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un lycéen américain a traité un agent de sécurité de «nègre», et ce dernier lui a rétorqué de ne pas l'appeler ainsi. Il a été licencié pour avoir utilisé ce mot interdit par le lycée.

Newsletters