Monde

Les Etats-Unis intensifient leur guerre secrète au Yémen

Slate.fr, mis à jour le 09.06.2011 à 16 h 05

Explosions, Jon Sullivan via Wikimedia Commons

Explosions, Jon Sullivan via Wikimedia Commons

Barack Obama a décidé d'intensifier la guerre secrète que mènent les Etats-Unis au Yémen, nous apprend le New York Times. Profitant du chaos ambiant, les forces américaines multiplient les attaques sur les militants d'al-Qaida à partir de drones et d’avions de combat.

Pendant que le Yémen s’enfonce dans la guerre civile et que le président Saleh, allié des Etats-Unis, soigne ses graves blessures en Arabie saoudite, le rythme des attaques américaines contre les membres du groupe terroriste s'accélère. Les Américains comblent le vide laissé par les troupes de l’armée yéménite qui combattaient al-Qaida dans le sud du pays et qui ont été redéployées dans la capitale Sanaa pour faire face à la révolte. Les opérations sont menées par le commandement interarmées des opérations spéciales en étroite collaboration avec la CIA. Les équipes au sol disposent d’un poste de commandement à Sanaa, duquel elles traquent les militants d’al-Qaida et identifient les cibles à frapper.  

Selon le Telegraph, le chef d’état-major des armées américain, l’amiral Mullen, juge que le conflit au Yémen rend le réseau al-Qaida plus «dangereux dans le chaos actuel». Vendredi 3 juin, une attaque menée par des avions de combat a tué Abu Ali al-Harithi, un responsable intermédiaire d’al-Qaida dans la péninsule arabique (AQPA).

Selon des témoins, quatre civils ont aussi été tués durant l’opération. Les semaines précédentes, les forces américaines ont tenté de tuer Anwar al-Awlaki, un religieux extrémistes né aux Etats-Unis, à l’aide de drones équipés de missiles, mais le fugitif a une nouvelle fois échappé à la mort. Ces actions récentes interviennent après un arrêt des opérations de presque un an. Cette pause avait été décidée par crainte que le manque en renseignement ait pu entraîner l’échec de certaines missions, ainsi que des morts civiles, et donc compromettre les objectifs des opérations.  

Le New York Times cite des sources officielles à Washington selon lesquelles les services de renseignement américains et saoudiens reçoivent désormais du terrain beaucoup plus d’informations permettant de localiser les djihadistes. Mais une nouvelle inquiétude émerge, celle d'une intérférence du conflit plus général que connaît le Yémen avec notamment le risque de voir des groupes rivaux manipuler le renseignement pour obtenir des frappes américaines sur leurs propres objectifs, sans rapport avec al-Qaida.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte